Les hauts et les bas d’un quartier populaire

Source : Le Devoir, Paul Bennett, 4 avril 2015 

Le quartier Saint-Sauveur, accolé à celui de Saint-Roch dans la basse-ville de Québec, est depuis longtemps entré dans la légende urbaine comme archétype du quartier populaire « tissé serré ». Surnommé à une certaine époque « la butte aux moineaux » par allusion à son caractère bruyant et animé, Saint-Sauveur inspira à Roger Lemelin son premier roman, Au pied de la pente douce (1944), avant d’être chanté par Sylvain Lelièvre dans La basse-ville.

Dans son ouvrage intitulé Vivre en quartier populaire, l’historien Dale Gilbert jette un regard inédit sur l’évolution de ce quartier ouvrier, peu étudié jusqu’ici, en s’appuyant notamment sur les témoignages d’une trentaine d’hommes et de femmes qui y ont vécu entre 1930 et 1980. (...)[ Tout l'article. À lire aussi : Vivre en quartier populaire (entrevue avec l'auteur). ]