Un échange pour mieux comprendre l’art communautaire

Le vendredi 22 mars, Engrenage Noir lance un échange sur la pratique de l'art communautaire à Québec. Des ateliers participatifs artistiques seront proposés. L'activité s'adresse aux artistes qui veulent s'adonner à cette pratique, mais aussi aux organismes qui souhaitent entreprendre des projets d'art communautaire.

Un échange pour mieux comprendre l’art communautaire | 11 mars 2024 | Article par Anne Charlotte Gillain

Le 2 février dernier, l'organisme Engrenage Noir a aussi organisé une rencontre dont l'objectif est de viser la reconnaissance de l'art communautaire au Québec.

Crédit photo: Courtoisie Sylvie Laplante

Le vendredi 22 mars, Engrenage Noir lance un échange sur la pratique de l’art communautaire à Québec. Des ateliers participatifs artistiques seront proposés. L’activité s’adresse aux artistes qui veulent s’adonner à cette pratique, mais aussi aux organismes qui souhaitent entreprendre des projets d’art communautaire.

L’échange sur la pratique de l’art communautaire d’Engrenage Noir se tiendra le vendredi 22 mars de 13h à 17h30. L’événement aura lieu au Centre Alyne-LeBel sur le boulevard Langelier.

« La rencontre s’inscrit dans une démarche à long terme, notamment en visant la reconnaissance de l’art communautaire », explique Nadège Le Blanc, aide à la coordination et accompagnement chez Engrenage Noir.

Pour elle, cet échange permettra de mieux définir et comprendre l’art communautaire.

« Pour les artistes qui y participeront, on peut aussi tous s’enrichir de nos pratiques et réseauter entre nous, puisqu’on est souvent très isolés », ajoute-t-elle.

L’inscription à cette activité gratuite est obligatoire à l’adresse suivante : nadege.engrenagenoir@gmail.com.

Définir l’art communautaire

En pratique, l’organisme Engrenage Noir proposera des ateliers participatifs et artistiques.

« On utilisera des outils artistiques et on expérimentera la co-création », relève Madame Le Blanc.

D’après l’OBNL, l’art communautaire s’étend sur des processus à long terme, c’est-à-dire sur six mois ou un an minimum.

Publicité

« Pour nous, l’art communautaire est une co-création qui s’adresse aux membres d’une même communauté. On fait référence à des personnes qui partagent une même situation d’injustice », précise-t-elle.

À ses yeux, il peut s’agir de proches aidants ou de mères monoparentales, par exemple.

Parmi leurs projets d’art communautaire, Engrenage Noir soutient de proches aidant.e.s qui utilisent le clown pour faire entendre leurs voix.
Crédit photo: Courtoisie Michael Theimer

« Cette communauté s’allie avec un.e. artiste afin de faire entendre leur parole dans l’espace public et à travers l’art », affirme-t-elle.

Cette activité s’adresse à des artistes qui ont la volonté de pratiquer de l’art communautaire. Cependant, l’échange est aussi destiné à des organismes qui souhaitent entreprendre des projets d’art communautaire.

Après la rencontre, un 5 à 7 est prévu pour inviter à poursuivre la discussion.

« Notre objectif est de mieux définir l’art communautaire pour le distinguer des autres formes utilisées par l’art et plus le faire connaître. C’est une pratique à laquelle on croit énormément et un outil d’expression des communautés très précieux », conclut Nadège Le Blanc.

Tous les informations pour la soirée d’échanges sur la pratique de l’art communautaire à Québec sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement d’Engrenage Noir.

Cet article a été produit par Anne Charlotte Gillain, journaliste de l’Initiative de journalisme local

Lire aussi :

Québec BD fait connaître ses finalistes aux prix Bédéis Causa

La 37e édition du Festival Québec BD se tiendra du 10 au 14 avril 2024. Le plus vieil év[...]

Lire sur Monquartier

Restez à l'affût des actualités de votre quartier

Chaque samedi, recevez nos nouvelles, offres et activités incontournables dans le quartier.