Feu vert pour le projet de coopérative des Jardins d’Alchémilles

Le projet de coopérative d’habitation les Jardins d’Alchémilles, situé sur le terrain de l’ancien bar Kirouac, est officiellement accepté au Programme d’habitation abordable Québec (PHAQ). Ayant connu d'importants ralentissements au fil des dernières années, le projet ira finalement de l’avant.

Feu vert pour le projet de coopérative des Jardins d’Alchémilles | 21 mars 2024 | Article par Olivier Alain

La coopérative Les Jardins d’Alchémilles prendra place à l’endroit où se trouve le défunt bar Kirouac.

Crédit photo: Olivier Alain

Le projet de coopérative d’habitation les Jardins d’Alchémilles, situé sur le terrain de l’ancien bar Kirouac, est officiellement accepté au Programme d’habitation abordable Québec (PHAQ). Ayant connu d’importants ralentissements au fil des dernières années, le projet ira finalement de l’avant.

Mélanie Vaillancourt, présidente de la coopérative, espère et estime que les premiers résidents et résidentes pourront faire leur entrée d’ici un an. Le comité de gestion de la coopérative est accompagné par le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS) ainsi que par le groupe de ressources techniques SOSACO.

La coopérative les Jardins d’Alchémilles sera composée de 28 unités de logement. À l’heure actuelle,  les plans du futur bâtiment comprennent des 3 ½, 4 ½, 5 ½, et 6 ½. Mme Vaillancourt explique vouloir offrir aux familles du quartier la possibilité d’occuper des logements spacieux pour un coût abordable.

« Les besoins pour les familles sont énormes dans le quartier. Souvent, les gens qui ont plus de deux enfants ne trouvent pas de logis. On trouvait que ça tombait sous le sens d’avoir des unités adaptées aux familles », explique Mme Vaillancourt.

14 des 28 logements seront dédiés au Programme de supplément au loyer (PSL) s’adressant aux ménages à faible revenu. Les locataires qui en bénéficieront paieront un loyer correspondant à 25% de leur revenu.

Mélanie Vaillancourt est présidente du comité de gestion de la future coopérative. Elle y est impliquée depuis 2021.
Crédit photo: Olivier Alain

Solidarité, équité et mixité sociale

Les premières esquisses, faites par la firme d’architecture Boon, partenaire depuis le tout début du projet en 2022, présentent un bâtiment en « V » avec, en son centre, une cour intérieure. L’idée est de créer des espaces communs où il sera possible de se rassembler, d’échanger et d’organiser des activités.

« On a tous et toutes une vision commune : on veut créer un petit village. »

Beaucoup de personnes, dont la majorité résident dans le quartier, ont déjà manifesté leur intérêt à intégrer la coopérative. Des entrevues pilotées par un comité de sélection visant à choisir les futurs résidents auront lieu. Plusieurs critères entreront en ligne de compte, mais le principal demeure que les locataires partagent la vision de la coopérative. Il importe également qu’ils et elles puissent y apporter quelque chose en fonction de leurs intérêts et compétences. S’ajoute aux valeurs défendues par la coopérative un souci pour l’environnement. Plusieurs aménagements favorisant le verdissement sont prévus.

« On veut vraiment contrer les îlots de chaleur dans le quartier, on veut verdir le toit, avoir une cour, peut-être un jardin. »

Publicité

La démolition de l’ancien bar Kirouac a débuté dans les derniers jours.
Crédit photo: Olivier Alain

Un long processus

Lancé il y a plus de trois ans, le projet connaît un important ralentissement lorsque le PHAQ remplace le programme Accèslogis, autour de 2022. À ce moment tout semble en place pour que le projet avance, mais un blocage persiste dans l’octroi du financement.

Mme Vaillancourt confie que plusieurs personnes ont été découragées par ces longs délais. Elle se réjouit que les efforts fournis et la ténacité de toutes les personnes impliquées portent aujourd’hui fruit.

« On a reçu une grande aide du Comité des citoyennes et citoyens du quartier Saint-Sauveur et SOSACO qui nous a permis de ne pas se décourager. »

L’annonce officielle a été faite vendredi dernier, alors que quatre autres projets ont aussi reçu le feu vert à Québec.

Les membres du comité de gestion bénéficient d’une formation de 200 heures offerte  par la Fédération des coopératives d’habitations de Québec Chaudière-Appalaches (Fechacq) concernant le fonctionnement d’une coopérative. Il y est entre autres question de la tenue de livres, de la préparation aux entrevues et de la comptabilité.

 

Lire aussi :

La coopérative des Jardins d’Alchémilles coincée « dans les limbes »

Plusieurs projets de logements sociaux et communautaires seraient actuellement coincés «[...]

Lire sur Monsaintsauveur

Logement social : une coop d’Alchémilles patiente sous le béton du Kirouac

Le projet de coopérative d’habitation des Jardins d'Alchémilles se développera bel et [...]

Lire sur Monsaintsauveur

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir