Ici vécut: Omer Létourneau, au 339, rue Boisseau

On retrouve sur différents immeubles de Québec 135 plaques Ici vécut. Elles rappellent à nos mémoires des personnes qui ont marqué à leur façon l’histoire de la ville. Omer Létourneau (1891-1983), pionnier de l'éducation musicale à Québec, a notamment fait résonner les tuyaux de l'orgue de l'église de Saint-Sauveur. Il nous a aussi laissé un ver d'oreille incontournable du Carnaval de Québec...

<em>Ici vécut</em>: Omer Létourneau, au 339, rue Boisseau | 9 septembre 2023 | Article par Simon Bélanger

Omer Létourneau a vécu, de 1915 à 1947, au 339, rue Boisseau, dans Saint-Sauveur.

Crédit photo: Simon Bélanger - Monsaintsauveur

On retrouve sur différents immeubles de Québec 135 plaques Ici vécut. Elles rappellent à nos mémoires des personnes qui ont marqué à leur façon l’histoire de la ville. Omer Létourneau (1891-1983), pionnier de l’éducation musicale à Québec, a notamment fait résonner les tuyaux de l’orgue de l’église de Saint-Sauveur. Il nous a aussi laissé un ver d’oreille incontournable du Carnaval de Québec…

Nous entendons régulièrement parler de grands musiciens qui ont commencé leur carrière de façon très précoce. On peut penser à Mozart, qui composait déjà à 4 ou 5 ans, et qui n’était âgé que de 8 ans au moment de sa première symphonie.

Dans le quartier Saint-Sauveur, un autre talent hâtif s’est manifesté au tout début du 20e siècle.

Omer Létourneau, qui a résidé au 339, rue Boisseau, de 1915 à 1947, a démontré l’étendue de son talent très jeune.

Marche pour piano et débuts en enseignement

Fils d’Eugénie Bureau et de Lucien Létourneau, employé puis contremaître dans une manufacture de chaussures, (Joseph Hercule) Omer Létourneau voit le jour dans le quartier Saint-Sauveur le 13 mars 1891.

Très jeune, son père Lucien l’encourage à développer son talent musical. Dès l’âge de 11 ans, le jeune Omer remplace son professeur pendant un trimestre et enseigne lui-même le solfège. Il aurait aussi composé sa première œuvre à 12 ans : une marche pour piano.

Son art se développe d’abord auprès d’une dame Béliveau, avant d’être pris sous l’aile de l’organiste J.-Arthur Bernier en 1904. Ce dernier enseigne à Omer Létourneau le piano et l’orgue.

En 1907, le jeune musicien obtient le poste d’organiste à la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes. En parallèle, il poursuit ses études et travaille dans un établissement commercial.

Omer Létourneau
Crédit photo: Compte X de Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Visite européenne et retour à Québec

En 1913, Omer Létourneau remporte le Prix d’Europe pour l’orgue. Cette récompense lui vaut aussi un moment de 3 500 dollars.

Publicité

Le musicien demeure à Paris en 1913, où il étudie l’orgue avec Louis Vierne, en plus de l’harmonie et la composition avec Félix Fourdrain.

En 1914, le début de la Première Guerre mondiale l’oblige à quitter le Vieux continent et à revenir chez lui. Dès 1915, il succède à J.-Arthur Bernier comme organiste de l’église Saint-Sauveur, un poste qu’il occupe pendant 33 ans. La même année, Omer Létourneau épouse Maria Coulombe.

L’année 1919 marque la fondation de la revue mensuelle La Musique. Celle-ci est codirigée par Omer Létourneau et Hector Faber. Publiée de 1919 à 1924, La Musique devient en 1923 une publication de l’Université Laval et l’organe officiel de l’École de musique.

En novembre 1919, Omer Létourneau retourne compléter sa formation en Europe. Il étudie à la Schola Cantorum de Paris. Il bénéficie des enseignements d’Abel Decaux (orgue), d’Amédée Gastoué (chant grégorien), de Lejealle (improvisation) et de Marc de Ranse (direction chorale).

Enseignant et homme d’affaires

À son second retour d’Europe, Omer Létourneau reprend son poste d’organiste à l’église Saint-Sauveur.

Il se lance aussi dans l’enseignement à domicile, en plus de donner des cours à l’Université Laval, de 1925 à 1934. Il se spécialise dans le solfège et la dictée musciale Omer Létourneau se déplace à d’autres endroits, puisqu’il enseigne aussi à l’Académie commerciale de Québec, ainsi qu’aux couvents des Ursulines de Trois-Rivières et de Rimouski.

En 1934, il acquiert la maison de musique Gauvin & Courchesne, dont il était fondateur. Il la transforme en Procure générale de musique. L’établissement, situé à la place d’Youville, devient un lieu de distribution et d’édition de musique.

«Elle a été la principale boutique de musique de l’époque, celle où s’approvisionnent toutes les institutions et les musiciens professionnels de Québec et des environs», peut-on lire dans l’Encyclopédie canadienne.

Edwin Bélanger, le gendre d’Omer Létourneau, prendra la relève de la Procure en 1966.

En plus du 339, rue Boisseau, Omer Létourneau a aussi vécu au 444, rue Boisseau. Il était propriétaire à cet endroit de 1950 à 1959.
Crédit photo: Simon Bélanger - Monsaintsauveur

Production féconde

La Procure générale de musique lui sert aussi à publier et diffuser ses propres œuvres musicales, comme ses opérettes, cantiques, chansons, chœurs, cantates et messes. C’est sans compter ses ouvrages didactiques comme Théorie de la musique et Dictée musicale.

Trois de ses opérettes (Vive la Canadienne (1924), Coup d’soleil (1930) et Mam’zelle Bébé (1933)) furent présentées au Palais Montcalm et ailleurs au Québec. Il a lui-même accompagné au piano plusieurs musiciens en concert, comme Raoul Jobin, Léopold Simoneau ou Arthur Leblanc.

À travers environ 150 œuvres, sa production la plus célèbre est sans doute Salut Bonhomme, l’hymne du Carnaval de Québec, composé en 1960. Cette musique est encore crachée par les haut-parleurs au mois de février près du palais de Bonhomme.

Omer Létourneau rend l’âme à Québec le 14 août 1983, à l’âge de 92 ans.

Il aura transmis l’amour de la musique à ses 11 enfants, dont plusieurs ont poursuivi une carrière musicale, tout comme de nombreux petits-enfants.

Un fonds d’archives consacré à Omer Létourneau a été créé chez Bibliothèque et Archives nationales du Québec selon une convention de dotation signée en 1977.

La mémoire du musicien demeure à Québec, non seulement par la présence de sa plaque sur la rue Boisseau, mais aussi par la désignation d’une rue Omer-Létourneau, dans Sainte-Foy, en 2006.

Une section du site de la Ville de Québec rassemble la liste des plaques Ici vécut.

Sources

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, «Fonds Omer-Létourneau, 1893-1990».

Bodier-Little, Madeleine, «Procure générale de musique Ltée», The Canadian Encyclopedia.

Bourassa-Trépanier, Juliette, «Létourneau, (Joseph Hercule) Omer», L’Encyclopédie canadienne.

Commission de toponymie du Québec, «Rue Omer-Létourneau»

Huot, Cécile, «La Musique», L’Encyclopédie canadienne

Ville de Québec, «Fiche d’un bâtiment patrimonial – 333 à 339, rue Boisseau», Fiche du patrimoine bâti.

Ville de Québec, «Omer Létourneau», Fiche du patrimoine bâti.

Lire aussi:

Ici vécut: Edwin Bélanger, au 915, rue Eymard

Ici vécut: Johnny Farago, au 630, rue Boisseau

 

Soutenez votre média

hearts

Contribuez à notre développement à titre d'abonné.e et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir