Tonton Café Restaurant : ambiance et intimité retrouvées | 2 avril 2022 | Article par Jean Cazes

Tonton sous le regard de son « patron ». 29 mars 202.

Crédit photo: Jean Cazes

Tonton Café Restaurant : ambiance et intimité retrouvées

À l'invitation du dynamique et volubile chef Jim Kangni, Monsaintsauveur est allé visiter son petit restaurant « bien différent des autres » fraîchement relooké. Tonton Café Restaurant a rouvert le 14 mars, après plus trois mois de travaux de rénovation.

Jim Kangni est certes le seul maître à bord de Tonton Café Restaurant. Mais Noah, qu'il nomme aussi affectueusement « mon patron », en est sa principale source d'inspiration. « C’est beaucoup pour mon jeune fils que je suis là », affirme-il d'entrée de jeu. Le « on » allait donc de soi au fil des confidences de ce bon vivant, devant une salade et un plat d'huîtres confectionnés avec cet amour pour la cuisine qu'il a hérité de sa mère.

De Limoilou à Saint-Sauveur, un petit resto distinctif

Une nouvelle déco.
Crédit photo: Jim Kangni

Natif du Togo, Jim Kangni a longtemps roulé sa bosse sur deux autres continents, puis à Montréal. C'est en opérant dans le quartier le service de repas à livrer ou emporter Jim & Noah qu'il a véritablement lancé sa carrière en restauration, en 2014.

Avec d'autres collègues de Monsaintsauveur, Suzie Genest avait pu apprécier en janvier 2015 des saveurs des Antilles, d'Afrique et du Québec cuisinées par Jim. Son article évoquait le parcours éclectique de ce dernier.

« Tonton pour les intimes, s'est d'abord fait connaître pour ses deux premières vocations : la musique et la vidéo-photo avec sa boîte de production Cemont films, qui compte plusieurs collaborations dans le milieu hip hop québécois. Jonglant avec sa carrière de pigiste et sa récente paternité, il songeait à une nouvelle aventure professionnelle. »

Après cette expérience, Jim a ouvert Tonton Café Restaurant en avril 2019 dans l'immeuble de La Souche, à Limoilou. Au début de la pandémie, il décide de se relocaliser dans Saint-Sauveur :

Publicité

« J'ai eu un coup de foudre pour le local vacant de la rue Saint-Vallier Ouest, au coin de l'avenue Montmagny, tout près de chez moi. Mais j’en avais d'abord discuté dans mon groupe Facebook où j'échange régulièrement avec des amis et des clients, tient-il à préciser. Ils ont trouvé l'idée du déménagement cool. Il a fallu, par contre, adapter une première fois la place, qui avait abrité une friperie. »

De nécessaires travaux pour un service plus personnalisé

L'un des plats en vedette.
L'une des spécialités de Tonton.
Crédit photo: Jim Kangni

Comme pour bien d'autres restaurateurs, le service de livraison de Jim Kangni lui a permis de survivre pendant la COVID. En conséquence, il fallait modifier radicalement la configuration du local de 1000 pieds carrés, « d'abord pour du gros volume de friteuses en fonction de normes incendie », explique-t-il. Avec l'aide précieuse d'amis et le soutien de Noah, ces travaux lui ont permis de bonifier son service.

« On a fait tomber les murs, déménagé la salle de bain... De mon comptoir, je peux maintenant dialoguer avec mon monde pendant qu’il voit ce que je lui prépare. On échange sur ce que je peux rajouter comme condiments ou suggérer des alternatives de fruits en cas d'allergie par exemple. »

Pour le débrouillard Tonton, cette autonomie s'imposait afin de rendre aussi le resto plus lumineux tout en augmentant sa capacité d'accueil de 24 à 30 places. « La Ville m'a octroyé des prêts pour rénover, et je devais donc économiser », précise-t-il avec beaucoup de reconnaissance. Restait la déco, tout droit sortie de son esprit créatif.

« Je voyais ça gris, blanc et rouge, en reproduisant un style industriel tout en rendant hommage à la culture hip-hop et à mes origines. Là, on reprend le contrôle avec une image de marque, et j’ai demandé à mon "patron" son autorisation pour sa photo géante, reproduite par Zek. Un autre beau travail d'équipe! »

Comme c'était le cas bien avant les travaux, « mon resto est différent des autres, et dès que vous y entrez la première fois, ça vous marque », affirme l'entrepreneur.

« Vous n'êtes pas un client, mais un invité. On vous reçoit en amis à la maison, comme chez une maman africaine. Vous vivez une expérience dont vous vous souviendrez longtemps, à commencer par l'assiette "découvertes" qu'on peut partager à deux, en plus d'un choix d'autres plats généreux à prix raisonnable. [...] Il n’y a pas de prix affiché, pas de menu comme tel, mais je vous informe de ce que j’ai comme protéines. [...] Il ne faut pas penser que je ne fais que des choses exotiques : des mets québécois, aussi, mais apprêtés différemment. C’est pour ça qu’on est populaires et que les gens nous aime bien! »

Jim est fier d'avoir créé une communauté Facebook d’épicuriens avec qui il s'entend sur les plats à venir. Le plus populaire de Tonton Café Restaurant? Le griot de porc, spécialité haïtienne qui a fait sa réputation. À cela se sont greffés divers plats fumés qui attirent de plus en plus l'attention.

Bientôt, d'autres Tonton Café Restaurant?

Autre plat en vedette.
Crédit photo: Jim Kangni

Engagé dans la communauté, Jim se fait un point d'honneur d'encourager les fournisseurs locaux « dans un rayon de 3 km d'ici, comme Métro, Québec Océan et Fruiterie 440 ». Par ailleurs, il tient à souligner l'encouragement constant des élus locaux dans la poursuite de sa carrière de restaurateur.

« Je suis un secret bien gardé de l’Assemblée nationale. Ils se sont passé le mot qu'on pouvait venir manger ici en toute tranquillité, et j'ai déjà reçu de grosses commandes sur Grande Allée pour mes livreurs d'Uber! »

Inspiré par les goûts de Noah, Jim résume sa propre recette de "poulet PFK". « On ajoute du bacon sous le croustillant, puis on met ça au four pour le fumer. Et ça pogne!» Tonton imagine déjà cette même recette maison se démarquer dans ses projets d'avenir. Des franchises, pourquoi pas!

« Le proprio du local, un Africain comme moi, a été conquis par le concept et il souhaite qu'on s’associe. On parle d'adapter mon menu pour en faire une version restauration rapide, avec service au volant. Peut-être même cette année, j’aimerais bien rouvrir un autre Tonton Café dans Limoilou, et aussi à Montréal. »

En attendant, Jim Kangni prépare la fin officielle des travaux de Tonton Café Restaurant pour le 14 avril, laquelle coïncidera avec les neuf ans de Noah, en quelque sorte le cadeau d'anniversaire de son fils. Ne reste à compléter d'ici là que la finition de la déco avec, à l'entrée, une autre murale : celle de la mère du « sympathique Tonton de Saint-Sauveur »!

Lire aussi :

Le 101, restaurant de quartier: ouverture officielle le 2 décembre