Saint-Sauveur dans les années 1960 : Marquis, rue Marie-de-l'Incarnation | 27 mars 2022 | Article par Jean Cazes

Vue sur la quincaillerie Marquis en janvier 1964.

Crédit photo: Archives de la Ville de Québec

Saint-Sauveur dans les années 1960 : Marquis, rue Marie-de-l'Incarnation

La série Saint-Sauveur dans les années 1960 revisite le passé du quartier à travers des images d’archives de diverses sources. Retour aujourd'hui sur Marquis, une entreprise majeure du quartier, toujours en croissance non loin du pont Marie-de-l'Incarnation.

Prise en date du 29 janvier 1964, la photo à la une provient d'un négatif offrant une vue de la rue Marie-de-l'Incarnation, près du pont. Sur la droite, on y voit le commerce Marquis (description des Archives de la Ville de Québec).

Dans la galerie en fin d’article, la scène réactualisée, en direction nord, date du 7 mars 2022.

Maintenant Canac

Dans son article Les Canac-Marquis du quartier Saint-Malo, la Société historique de Québec rappelle l'origine de l'entreprise. Elle remonte à Frédéric Marquis, dit Canac, né en 1861 à Sainte-Famille de l'Île d'Orléans. De commis chez un marchand, il devient acheteur au magasin de Zéphirin Paquet, sur la rue Saint-Joseph, dans Saint-Roch.

« Vers 1892, il se lance à son compte en fondant une manufacture de colle forte. Il s'installe alors sur la rue Guyart du quartier Saint-Malo, en bordure de la rivière Saint-Charles. Son voisin immédiat est son frère Louis qui y avait ouvert, l'année précédente, un moulin à scie. Ses affaires vont prospérer rapidement et au moment de sa mort,survenue en mars 1926, on disait qu'il dirigeait l'une des plus importantes fabriques de colle en Amérique. Il était très impliqué socialement et, en 1916, le pape Benoît XV le faisait chevalier de l'Ordre de Saint-Grégoire. Son entreprise sera liquidée au moment du décès de sa veuve, sa seconde épouse, en 1946. Quant à son frère Louis, ses affaires prospéreront également et il deviendra marchand de bois. Son entreprise est encore active de nos jours sous la raison sociale de "Canac". Une succursale de cette entreprise a toujours pignon sur la rue Marie-de-l'Incarnation. »

« Canac est la seule chaîne de quincaillerie et de matériaux de construction indépendante issue de la région de Québec et appartenant à des Québécois », souligne-t-on par ailleurs dans Wikipédia. « En 1981, la fusion des entreprises familiales Jos Grenier fondée en 1875 et Louis Canac-Marquis fondée en 1878 donne naissance à Canac-Marquis Grenier. » En 2010, Canac-Marquis Grenier a été rebaptisé Canac.

Par ailleurs, en arrière-plan, on devine le pont Marie-de-l'Incarnation, qui permet d'accéder au boulevard Wilfrid-Hamel. Inauguré en 1924, ce pont a été élargi et débarrassé de sa structure métallique au début des années 1970. Sa dernière réfection remonte à 2010.

Publicité

Archives de la Ville de Québec

À l’exemple de la photo en tête d'article, beaucoup d'images archivées de la Ville de Québec sont disponibles en ligne. On peut en faire la diffusion sans licence et sans frais en utilisant les vignettes estampées au logo de la Ville et en citant correctement les sources.

Vous avez des souvenirs ou des informations à nous partager sur l'histoire de Canac-Marquis? N’hésitez pas à nous en faire part sur notre page Facebook!

Lire aussi :

Saint-Sauveur dans les années 1960 : le resto Chez Pan Pan

La réincarnation de Marie-de-l'Incarnation

En savoir plus sur...