Une rue piétonne cette année dans le quartier Saint-Sauveur? | 20 mai 2022 | Article par Monsaintsauveur

Crédit photo: Jean Cazes

Une rue piétonne cette année dans le quartier Saint-Sauveur?

Des commerçant.e.s, dont plusieurs membres de la Société de développement commercial (SDC) Saint-Sauveur, souhaitent que la rue Saint-Vallier Ouest soit piétonne cet été. Ils signent le texte qui suit.

Contrairement à ce que la Ville a annoncé la semaine dernière, une décision avait bel et bien été prise par la SDC du quartier Saint-Sauveur concernant la rue piétonne cette année : il n’y en aurait pas. La décision a été prise sans consultation et les commerçant.e.s ont été informé.e.s de la chose le 2 mai dernier. C’est si tard dans la saison qu’aucune solution de rechange ne pouvait être proposée. Les raisons évoquées par la SDC? Ça ne sert qu’à quelques commerces, il y a des plaintes de commerçant.e.s et de client.e.s en voiture, et c’est inutile lorsqu’il pleut.

Suite à des pressions de notre part auprès du bureau du maire et du développement économique dans la semaine qui a suivi, la SDC a finalement été invitée à retourner à la table à dessin et à consulter ses membres, d’où l’annonce de la Ville concernant Saint-Sauveur que la décision était « à venir » sur la rue piétonne, bel euphémisme.

Pourtant, vous savez ce qu’on nous demande souvent depuis la mi-mars? Les client.e.s – et concitoyen.ne.s – ont hâte à l’été et au retour de la rue piétonne. Les gens ne cessent de nous demander à quelle date ce sera lancé et à quel point ça contribue à la « relance » de nos commerces. Pour votre information, les succès de la rue piétonne en 2020 et 2021 nous permettaient d’espérer un bel été cette année encore, une saison estivale achalandée dont nous avons bien besoin. Mais voilà, ce n’est plus clair si c’est ou non pour cette année.

Un criant manque de vision

Les raisons évoquées par la SDC sont, à notre avis, plutôt maigres et elles témoignent d’un criant manque de vision. Certes, dans l’immédiat la rue piétonne profite principalement aux restaurants, bars et cafés qui opèrent des terrasses. Cela dit, pour plusieurs autres types de commerces, l’attrait est aussi bien réel : il y a un afflux supplémentaire de client.e.s dans le secteur qui (re)découvrent le quartier Saint-Sauveur. Ces derniers tombent sous le charme de l’hospitalité et de la vitalité de notre beau quartier.

Non seulement les rues piétonnes profitent-elles aux commerces, mais elles permettent l’instauration progressive d’une culture plus conviviale dans nos milieux de vie. Nos concitoyens s’approprient les lieux à leur manière et à leur rythme lorsqu’il y a moins de transit automobile, plus de verdure et plus de vivre ensemble. La rue piétonne y participait dans les années passées. Ici aussi, il y a un manque criant de vision de la part de la SDC.

Publicité

Enfin, dans le contexte où sept autres SDC opèreront des rues piétonnes bonifiées cet été, non seulement les commerces du quartier Saint-Sauveur souffriraient de l’absence de terrasses et d’animation sur la rue en saison estivale, mais le positionnement stratégique de son artère prendrait du recul dans l’écosystème du centre-ville. À quoi pense la SDC et pourquoi n’y a-t-il eu aucune consultation avant que soit prise la décision de ne pas rendre la rue piétonne cet été? Changeront-ils d’avis? Nous l’espérons.

La Ville absente

À la Ville, on était initialement pressé de nous répondre que tout cela regarde la SDC. C’était avant qu’ils ne lisent cette lettre. Comme d’habitude, c’est trop peu et trop tard. Par ailleurs, nos élus ne semblent pas avoir de vision structurante du quartier Saint-Sauveur.

Le quartier est pourtant toujours en ébullition. Le secteur se développe et se construit par la base, par la vitalité, la créativité et la persévérance d’acteurs locaux. Ceux-ci œuvrent la plupart du temps avec très peu d’appui de la Ville, surtout lorsqu’on compare avec les projets et les injections de fonds publics dans les autres quartiers (places publiques, mobilier urbain, festivals, etc.).

En « sortie » de pandémie où plusieurs commerces ont été fortement éprouvés, les taxes municipales sont pourtant en forte hausse (18 % et plus) alors que les services et l’animation sur l’artère, eux, ne sont évidemment pas au rendez-vous. C’est difficile de ne pas se sentir une fois de plus trahi.e.s et abandonné.e.s dans ce qui devrait être une relance à laquelle la rue piétonne aurait beaucoup contribuée. Dans ce contexte d’absence d’appui et de manque criant de vision, l’éventuelle réfection de la rue Saint-Vallier Ouest nous inquiète au plus haut point. À suivre…

Vous aimeriez profiter d’une rue Saint-Vallier Ouest piétonne cet été? Faites-le savoir rapidement en communiquant avec la SDC et/ou avec l’arrondissement.

Martin Parrot, Griendel

Olivier Thibault-Allard, Kraken Cru

François Jobin, Patente et Machin   

Émilie Tremblay, Le Pantoum

Daniel Huertas, Lima Resto Bar

Étienne Babin, Vélo Basse-ville

Maxime Saint-Germain, Ma Station Café

Jean-Baptiste Morin, Chez Tao

Noémie Ducharme, Julio Taqueira

Mike Aubert, La Brigade Resto-Traiteur

Andréanne Girard, Jardins Vitrum Hortis

Jonathan Marcoux, Franky Johnny

Simon Fabi, Cantook

Lire aussi :

Communauto, un virage essentiel