Logement social : une coop d'Alchémilles patiente sous le béton du Kirouac | 5 mai 2022 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: Suzie Genest

Logement social : une coop d'Alchémilles patiente sous le béton du Kirouac

Le projet de coopérative d’habitation des Jardins d'Alchémilles se développera bel et bien sur le site de l’ancien bar Le Kirouac. Les porteurs du projet sont soutenus par le groupe de ressources techniques SOSACO et le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS). Ce dernier était présent avec la Ville de Québec pour une annonce conjointe sur le site, jeudi matin.

Publicité

Le projet des Jardins d’Alchémilles prévoit une trentaine de logements, dont certains adaptés pour les personnes à mobilité réduite et certains subventionnés. Le 545 rue Kirouac et le 507 rue Saint-Luc avaient été acquis par la Ville de Québec avril, pour le développement de logement social. Le bar Le Kirouac avait annoncé sa fermeture définitive à la fin 2021.

« Livrer plus de logement social »

Le taux d’inoccupation des logements dans la Ville de Québec est autour de 3 %, un portrait meilleur que dans d’autres villes québécoises, a mentionné lors de cette annonce le maire Bruno Marchand. Ce taux d’inoccupation chute cependant à 0,5 % dans le quartier Saint-Sauveur, a ajouté à son tour Éloise Gaudreau du CCCQSS. Pour le maire de Québec, le besoin criant de logement social dans la ville ne fait pas de doute.

« Autour du logement social et communautaire, on est vraiment en deçà d’un taux d’équilibre, et on est grandement en besoin. Un type de projet comme celui-ci prend en moyenne trois ans avant de voir le jour, avant de voir les premiers occupants s’y installer. On est certainement en droit de se dire qu’il faut accélérer la cadence et faire en sorte qu’on puisse livrer plus de logement social. »

Le comité porteur du projet des Jardins d’Alchémilles promet d’être patient, si on en juge au nom qu’il s’est donné. L’Alchémille est « une fleur antique qui résiste sous la neige, tenace comme toute notre équipe », a indiqué la porte-parole du groupe pour l’occasion, Mélanie Vaillancourt.

« Un tissu extraordinaire »

La situation du logement dans la ville de Québec existe aussi ailleurs, a exprimé le maire de Québec Bruno Marchand.

« Le constat, il est global, il est mondial. La crise du logement ne se vit pas juste au Québec et pas juste à Québec. Ça suppose de nous, comme Ville, de nous, le gouvernement du Québec (…) une capacité accrue à mieux travailler ensemble, à soutenir des groupes qui sont capables de faire une différence. »

Il a salué le travail des groupes de ressources techniques (GRT) de la ville de Québec. « La qualité de nos groupes, la qualité des projets qui ont été réalisés » est reconnue dans la province et au pays, a-t-il souligné. Ces projets, au-delà du toit et des murs, offrent « des milieux de vie » où les familles peuvent s’épanouir et nourrir un sentiment d’appartenance, a dit le maire. Il s’est réjoui du « tissu extraordinaire » à cet égard à Québec.

Le modèle coopératif amène les gens à s’approprier et bâtir leur lieu de vie, a-t-il poursuivi, s'adressant aux journalistes.

« Plusieurs d’entre vous ici présents avez probablement une propriété ou une maison. Vous savez que ça fait partie du sentiment d’appartenance [d’avoir du pouvoir] sur le lieu où on habite. »

Des étapes pour concrétiser les Jardins d’Alchémilles

Si la Ville « est derrière ce projet », des étapes cruciales devront être franchies pour qu’il voie le jour, a illustré à son tour Marie-Pierre Boucher, membre du comité exécutif responsable de l’habitation et du logement social.

Dans les dernières années, « la situation s’est complexifiée » pour le développement de projets de logement social et communautaire, a-t-elle expliqué. « [Le programme de soutien financier] Accès-Logis étant remis en question, on ne sait pas encore par quoi il sera remplacé. »

Le projet des Jardins d’Alchémilles sera déposé au Programme d'habitation abordable Québec (PHAQ), s’il s’avère admissible. Il s’agit d’un tout nouveau programme du gouvernement du Québec. « Tant qu’un nouveau programme n’aura pas fait [ses] preuves, on a encore besoin d’Accès-Logis », estime toutefois Marie-Pierre Boucher. Accès-Logis « n’est pas parfait mais a toutefois fait ses preuves dans les 30 dernières années », selon l’élue.

« Le projet de la coopérative d’habitation des Jardins d’Alchémilles permettra d’évaluer ce nouveau programme », mentionne le communiqué de la Ville de Québec, au sujet du PHAQ.

Pour en savoir davantage sur la Vision de l’habitation 2020-2030 adoptée par la Ville de Québec, on peut se rendre à l’adresse suivante : ville.quebec.qc.ca/visionhabitation.

Au fait, comment met-on sur pied une coop d'habitation?

Monquartier a posé la question à Patrick-André Lavoie, coordonnateur des services techniques à la Fédération des coopératives d'habitation de Québec et Chaudière-Appalaches (FÉCHAQC).

 Lire aussi :

OBNL d'habitation : défis de recrutement et RPA à risque