Un <em>Soupir</em> sur les friches urbaines | 8 octobre 2021 | Article par Suzie Genest

Le soupir de L'orchestre d'hommes-orchestres : un bateau sonore qui visite des friches urbaines

Crédit photo: Suzie Genest

Un Soupir sur les friches urbaines

Après le camion de laitier, L'orchestre d'hommes-orchestres investit un nouveau moyen de locomotion : le bateau. Son installation sonore monumentale Le Soupir jette l'ancre sur des terrains inattendus. Prochaines escales sur des friches près de chez vous : Maizerets du 9 au 11 octobre, Saint-Sauveur les 23-24 octobre.

Publicité

Saint-Roch a pu voir et entendre ce navire de L'orchestre d'hommes-orchestres (LODHO) les 2 et 3 octobre. Il est apparu comme par enchantement à l'angle de la rue Saint-Vallier Est et des boulevards Langelier et Charest. D'où sortait-il donc?

La réponse, comme bien souvent, se trouvait sur les réseaux sociaux. Le 26 septembre, LODHO publiait sur Facebook des images nocturnes, signées Charles-Frédérick Ouellet, de la première sortie de l'embarcation. On y voyait en arrière-plan l'hôtel Le Concorde. Quelques jours avant, des photos du travail de création avaient circulé avec une message bref.

« Le Soupir est une installation sonore qui s'échouera sur des terrains vagues urbains de Québec du 25 septembre au 17 octobre. »

Avant d'amarrer dans Saint-Roch, LODHO avait donné un indice de sa destination, à l'aide d'une photo d'archives.

Le calendrier, avare de détails, sur son site web laissait entrevoir la date d'une prochaine escale. Mais où donc? La réponse, comme l'apparition navale, nous a pris par surprise. Un message de la coordonnatrice générale de LODHO, Nadine Lizotte, est arrivé comme une bouteille à la mer parmi les courriels de Monsaintroch vendredi.

Les 9-10-11 octobre, dans Maizerets, Le Soupir se trouvera sur le « terrain en friche au coin de Vitré / 18e Rue », nous écrivait-elle. Le 23 et le 24 octobre, il visitera le parc Durocher, à l'angle Saint-Vallier Ouest - Carillon.

Il s'arrêtera aussi à Sainte-Foy, à l'intersection boulevard Laurier - avenue Germain-des-Prés, les 16 et 17 octobre.

Soupir pirate

Le Soupir n'est pas que le fruit de l'imagination de LODHO, révèle son site web.

« Au cœur de l’œuvre se trouve le Canot 19, une chaloupe française d’usage militaire offerte au Musée Maritime du Québec par le Musée de la Marine à Paris lors des Fêtes de 1534-1984. Après avoir évolué sur le Saint-Laurent au cours de l’été de 1984, le canot s’échoue quelques années. En 2009, la Corporation Jeunes Marins de la Côte-du-Sud le restaure et en fait un bateau-école qui naviguera quelques années. »

L'installation éphémère sur friches se veut un « acte de piraterie face à une époque de trop plein, de cadence effrénée et de surabondance de stimuli ».

« Le Soupir suggère un ralentissement, voire un temps d’arrêt, à l’image des sites en friche qu’elle occupe. Du silence pour que naisse la musique. »

Pascal Robitaille a collaboré avec LODHO à la conception du Soupir. Mario Demers assure la direction du projet, qui bénéficie d'une subvention de la Ville de Québec dans le cadre de Québec animée.

Un parcours de parcours

Fondé il y a déjà presque 20 ans, LODHO se qualifie de chantier des arts vivants. Ses membres multiplient les collaborations avec des artistes de toutes les disciplines. On a pu en voir les résultats sur scène aussi bien que dans des espaces publics variés. On a pu les voir entre autres dans le cadre du parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant? en 2015 et 2016. Ils y signaient le tableau Le Palais, regroupant plusieurs îlots sur le site de l'Îlot des Palais.

Sur son trajet de friches et parcs, leur projet Convoi s'était arrêté au parc Durocher en 2016. Un potluck avait eu lieu durant leur séjour. L'événement coïncidait avec une période d'actions citoyennes pour la sauvegarde de l'ancien Centre Durocher. L'été précédent, le Convoi s'était arrêté dans Limoilou.

À lire aussi : Plus de 500 événements cet été à Québec.