La rappeuse Marie-Gold en concert à Sacré-Cœur et Jean-de-Brébeuf | 2 décembre 2021 | Article par Viktoria Miojevic

Extrait du clip « C'est qui le boss » de Marie-Gold sur lequel on voit des enfants complices de la rappeuse.

Crédit photo: Gracieuseté

La rappeuse Marie-Gold en concert à Sacré-Cœur et Jean-de-Brébeuf

Dans le cadre du festival le Festif à l'école, la rappeuse Marie-Gold a posé ses valises à Québec le temps de trois concerts. Son dernier single « C'est qui le boss » fraîchement sorti, l'artiste raconte ses rencontres, à Québec, avec les plus jeunes.

38 concerts au Québec 

Dédié l'été aux adultes, le Festif! de Baie Saint-Paul s'invite dans les écoles depuis le mois de novembre et jusqu'à mars 2022. Le Festif! à l’école, lancé par le fondateur du Festif Clément Turgeon, est passé d’une représentation en 2018 à près d’une quarantaine cette année.

Publicité

Ce sont donc 38 écoles qui recevront la visite de onze artistes à travers sept régions du Québec : la Côte-Nord, le Saguenay–Lac-St-Jean, la Gaspésie, Québec, Charlevoix, Lanaudière et les Laurentides.

Après un début de carrière en 2014, inspirée par les Doja Cat, Rico Nasty, Alpha Wann et IAMDDB, à coup de trap imagé, poétique, la rappeuse Marie-Gold formule des propositions inédites sur la scène rap québécois.

À Québec, la rappeuse a performé le 1er décembre à l'école Sacré-Cœur. Elle était aussi en concert au secondaire Jean-de-Brébeuf ce jeudi 2 décembre. Avant de quitter la capitale, elle donnera une dernière prestation le 3 décembre, à l'école du Mont-Saint-Anne de Beaupré. Elle raconte :

« L’acoustique j’aime ça, c’est une bonne manière de tester des chansons puis j’ai un passé d’animatrice de camp de jour et de communication. [...]  J’aime ça, leur jaser et être comme real avec eux. »

Pour la rappeuse, le Festif à l'école est une occasion d’aller à la rencontre des jeunes et pour eux, de rencontrer des artistes ayant une carrière professionnelle. « C’était vraiment cool de refaire enfin des spectacles! »

Moment de partage à Saint-Sauveur

Assis dans une salle de classe, les tout petits de l’école Sacré-Cœur ont pu chanter avec Marie-Gold. Pour l’occasion, micro et enceintes étaient à disposition de l’artiste. « C’était un set up minimaliste. L’école primaire, c’est comme trop attachant. On faisait des interactions comme rythme et chanson à répondre. »

Dans une ambiance festive, la rappeuse a interprété ses titres « Wing girl (ton ange) », issue de l’EP Règle 2, « Impatiente », « Mémoire » et son dernier single, « C’est qui le boss ».

Concerts et rencontre à Jean-de-Brébeuf

En matinée ce jeudi, l’artiste s’est rendue à Jean-de-Brébeuf, école secondaire de Limoilou. Pour l’occasion, un atelier était organisé avec la concentration musique. Deux spectacles ont eu lieu à la cafeteria.

« L’école secondaire, c’est plus on discute, on catch up. On parle de musique en général, de création, de rap. Eux vont plus écouter de la musique trap, comme je fais. »

Au cours de l’atelier, les étudiants et Marie-Gold ont échangé sur « le style de musique qu’on écoute, et pourquoi. J’étais épatée, ils jouaient des instruments très variés. Moi, j’ai pas eu de concentration de musique », dit-elle.

Les échanges ont permis aux jeunes et à la rappeuse de converser sur les réalités du milieu. « Oui, c’est possible d’y aller avec la musique et de partager sur les challenges de la création. »

« Je veux pas inspirer. J’ai confiance en les autres. Il auront leur propre parcours. Là, c’était vraiment un moment de partage pour faire des pièces qui me tiennent à cœur et échanger avec eux sur ce qui les intéresse. Peut-être éventuellement que ça va en inspirer quelques-uns. Je sais que certain.e.s étaient vraiment content.e.s des échanges qu’on a eus. »

Vendredi, Marie-Gold donnera son dernier concert de la tournée des écoles du Festif au nord de Québec, à l'école du Mont-Saint-Anne de Beaupré. « Ça va être un peu la même formule. On va faire un spectacle et donner des ateliers », conclut-elle.

Dernier single : « C'est qui le boss »

Pour ce qui est de son dernier single « C'est qui le boss », l'artiste le définit comme une introduction à « Baveuse City ». « C'est un univers un peu tannant, amusant, moqueur, qui va s’amuser de certains codes de la société ». Le single « C’est qui le boss » joue ainsi de la bureaucratie avec le patron, le boss, décrit l’artiste.

« En spectacle, ça se prête bien au jeu, car c’est une chanson à réponse. À l’école secondaire ou primaire, eux répondaient parfois par un autre nom. Que ce soit le nom de leur meilleur ami ou de leur prof. C’était super cool car c’était ça le but!», confie l’artiste en souriant.

Dans le clip du single, aussi décalé que les paroles, on peut voir un groupe d'enfants complices de Marie-Gold dans la revente illégale de biscuits.

Extrait du vidéoclip de Marie-Gold sur lequel on voit des enfants marchés aux côtés de l'artiste.
Extrait du clip « C'est qui le boss » de Marie-Gold sur lequel on voit les enfants complices de la rappeuse.
Crédit photo: Gracieuseté

Sur l’idée qui a mené au clip, Marie-Gold raconte qu’elle avait approché le réalisateur Pablo Escobar Tudiri.

« J’aime vraiment son univers, comme ''éclaté". Je crois que quand je lui ai envoyé la chanson, une première idée qui m’était venue c’était "les Bernadettes" qui font du porte à porte. À un moment, dans la chanson, il y a une joke de “toc, toc, toc, qui est là”. Il m’a suggéré une idée plus large qui allait présenter l’univers de Baveuse city, avec un concept intergénérationnel. »

Tout au long du clip, on peut voir un clin d’œil à la contrebande de drogue à celle de cookie, « mais en mettant en scène des enfants qui sont en fait des petits démons », précise Marie-Gold. Ce qui fait du clip un espace ludique, partage l’artiste.

« Bienvenue à Baveuse City en 2022 » 

L’album qui s’apprête à sortir en février 2022 est composé d’une série de bangers, « des bangers, c’est des grosses chansons qui tapent dans la face », explique Marie-Gold, qui est déjà en train de terminer l’album.

Dans une robe violette, sur laquelle est inscrit «Baveuse city», Marie Gold pose sur un tapis rouge du gala de l'ADISQ.
Marie-Gold au Gala de l'ADISQ avec sa robe « Baveuse City 2022 »
Crédit photo: Ariane Labreche

Dans la même dynamique que le premier single, elle assure que l’album restera « amusant, très ludique mais avec une réflexion sur la société derrière ». « J’ai vraiment hâte que ça sorte! L’album doit sortir en février et c’est Bienvenue à Baveuse City! »

Lire aussi : SMAQ : plus que 15 jours pour soutenir une salle