Lien cyclable du Pont-Scott – des Métallos : des inquiétudes pour le stationnement | 10 mai 2021 | Article par Monsaintsauveur

L'avenue Lesage, entre des Métallos et du Pont-Scott.

Crédit photo: Monsaintsauveur

Lien cyclable du Pont-Scott – des Métallos : des inquiétudes pour le stationnement

Des résidents de l’avenue Lesage ont réagi avec inquiétude, mercredi dernier, lors de la séance d’information virtuelle sur l’aménagement d’un lien cyclable de l’avenue du Pont-Scott à la rue des Métallos, qui impliquera le retrait de places de stationnement sur leur rue. Sophie Williamson, résidente du quartier, propose un compte-rendu de cette séance d’information pour les lecteurs de Monsaintsauveur.

Publicité

Des bandes cyclables unidirectionnelles sur l’avenue du Pont-Scott et Lesage, suivies d’une chaussée désignée sur la rue Métallos permettront aux vélos de rejoindre les liens cyclables existants à proximité. (Un projet de passage à niveau à la hauteur du chemin de fer serait aussi prévu pour plus tard.)

La mise en place de ces bandes cyclables implique l’interdiction de stationner sur l’avenue du Pont-Scott des deux côtés en été et uniquement du côté est en hiver. Sur l’avenue Lesage, on compte la suppression totale de 11 espaces de stationnement du côté est en tout temps.

Selon l’enquête réalisée par l’équipe de la Ville de Québec, les rues avoisinantes permettraient de compenser pour ce manque, et le taux d’occupation sur Lesage serait en moyenne de 30 %. Ce chiffre a suscité l’étonnement des résidents présents à la séance d’information, qui ont dit constater quotidiennement la difficulté de trouver un espace de stationnement pour leur véhicule.

Le comptage du taux de stationnement, datant de 2018, ne tiendrait pas compte de nouveaux facteurs tels la pandémie et le télétravail. La construction de nouveaux immeubles a amené davantage de véhicules dans le secteur, ont aussi fait valoir des citoyens présents à la séance d’information. Des résidents de l’avenue Lesage sont inquiets des impacts de la disparition de cases de stationnement sur leur vie quotidienne.

« Ma rue est pleine à journée longue. Votre projet n’est pas en accord avec la réalité des résidents de la rue. Si vous faites ça, ma vie ne marche plus. », a affirmé une résidente, nouvellement propriétaire d’immeubles à logements.

Des résidents présents ont également mentionné que les visiteurs qui viennent dans les entreprises à proximité et surtout les étudiants de l’EMOICQ (École des métiers et occupations de l’industrie de la construction de Québec) accaparent des places de stationnement sur leur rue.

« Changer ses habitudes de vie »

Les investissements dans le quartier Saint-Sauveur visent entre autres à permettre de se rendre de Vanier à Sainte-Foy en vélo, perspective qui suscite l’enthousiasme. Pierre-Luc Lachance, conseiller municipal indépendant du district de Saint-Sauveur, est optimiste et y voit une transformation profonde de la vision des déplacements.

« À Québec, on assiste à un changement de culture par rapport à la mobilité durable et active. », affirme-t-il.

Selon un résident, les préoccupations pour le stationnement, légitimes, devraient toutefois demeurer au second plan. On ne devrait plus exiger d’accéder à son véhicule directement devant sa résidence lorsqu’on demeure en ville.

« On s’en va dans un mur. On ne peut plus continuer comme ça. », affirme ce résident du quartier Saint-Sauveur.

La possibilité d’instaurer une réglementation des stationnements par le biais de vignettes a été proposée, ce qui apaiserait partiellement les inquiétudes des résidants. Une consultation après l’implantation du projet pour faire le suivi des impacts a aussi été suggérée. La mise en place d’une formule simple, comme un sondage en ligne pour recueillir les commentaires des citoyens, sera considérée.

La sécurité des vélos mise en doute

Certaines préoccupations quant à la sécurité ont été soulevées, puisque l’avenue Lesage est jugée dangereuse pour le passage des vélos. Certains cyclistes ont dit ne pas se sentir en sécurité en zone de bandes cyclables unidirectionnelles. La vitesse jugée excessive des véhicules ainsi que le risque d’être heurté par une porte de voiture immobilisée les retiennent dans certains cas d’emprunter les zones cyclables désignées. Ils préfèrent alors partager la chaussée avec les voitures, malgré que même un partage de la voie réglementé par une signalisation ne soit pas idéale, ont-ils exprimé.

La possibilité de suivre d’autres tracés dans le quartier Saint-Sauveur a déjà été évaluée, le tracé prévu apparait comme le plus adéquat, ont expliqué les intervenants municipaux. Notons que la Ville de Québec a procédé récemment à une révision des limites de vitesse. L’avenue Lesage et la rue Métallos passeront à un maximum de 30 km/h dès cet été.

Le lien reliant l’avenue du Pont-Scott, l’avenue Lesage et la rue des Métallos s’inscrit dans la continuité de la Vision des déplacements à vélo que la Ville de Québec avait adoptée en 2016 afin qu’en 2021, la Ville soit « reconnue pour son réseau cyclable sécuritaire et continu ». Il s’agit d’un des volets de sa Vision de la mobilité active.

Sophie Williamson, résidente du quartier Saint-Sauveur