Des activités pour sensibiliser à la sécurité routière près des écoles | 5 mai 2021 | Article par Julie Rheaume

La présidente du Conseil de quartier de Saint-Sauveur, Myriam Nickner-Hudon, non loin de l'école Saint-Malo, sur la rue Lafayette.

Crédit photo: Julie Rheaume

Des activités pour sensibiliser à la sécurité routière près des écoles

Le Conseil de quartier de Saint-Sauveur mènera des projets de sensibilisation ou de mobilisation en sécurité routière, grâce à des sommes accordées par la Ville de Québec. Ces projets viseront les trois écoles primaires du quartier. En entrevue, la présidente du Conseil, Myriam Nickner-Hudon, fait le point sur cette initiative et revient sur les travaux routiers effectués près de l’école Saint-Malo.

Publicité

Comme elle s’est engagée à le faire dans sa Stratégie de sécurité routière 2020-2024, la Ville met à la disposition des conseils de quartier, des conseils d’établissement scolaires et des comités de parents une somme de 3000 $ par année. Ce montant doit servir à mener des projets de sensibilisation ou de mobilisation en sécurité routière. Les divers organismes ont la possibilité de s’allier et de mettre en commun les sommes obtenues par chacun.

« Nous avons un petit projet de notre côté, mais on collabore avec les trois écoles (primaires) du secteur pour des projets en commun de capsules et d’animation, entre autres », indique la présidente du Conseil de quartier de Saint-Sauveur, Myriam Nickner-Hudon.

« Le Conseil de quartier a décidé de gérer les fonds, au niveau des enveloppes. On a décidé de faire affaire avec Accès transports viables pour les conseils d’établissement et aussi pour nous » afin de faciliter l’administration des sommes allouées, explique-t-elle.

Le Conseil de quartier compte plancher sur ces projets au cours des prochains mois. « On va solliciter la population pour des activités de tournage, pour participer à des sondages. Dans les écoles, il y aura des activités pour les enfants », enchaîne la présidente.

« Dans les circonstances, on a décidé de faire appel aux experts que sont les gens d’Accès transports viables. Ils ont l’expertise pour faire de la médiation auprès des enfants. Nous, comme bénévoles, ne pouvons tout faire. Nous n’avons pas l’expertise. Nous sommes chanceux, à Québec, d’avoir de belles ressources comme Accès transports viables », ajoute Mme Nickner-Hudon.

Rappelons que la mission principale d’Accès transports viables est de promouvoir les modes de déplacement viables et de défendre les droits des utilisateurs et utilisatrices des transports collectifs et actifs dans la région de Québec, selon le site web de l’organisme.

Le Conseil de quartier aura aussi recours aux services d’un graphiste et d’un vidéographe pour  produire ses capsules vidéo.

Les écoles Saint-Malo, Marguerite-Bourgeoys et Sacré-Cœur sont visées par ces activités de sensibilisation, qui impliquent aussi leur conseil d’établissement respectif. « Il y a des parents qui sont intéressés à faire quelque chose pour améliorer la sécurité de l’enfant. On doit profiter que la Ville mette en place une stratégie de sécurité routière pour lui rappeler ses obligations au niveau de la sécurité », dit Mme Nickner-Hudon.

Certaines activités seront réalisées à la rentrée scolaire, estime l’interlocutrice. Les vidéos et activités de sensibilisation devraient donc être accessibles à l’automne.

Des travaux à l’école Saint-Malo

En 2020, une première phase de travaux a été effectués à l’intersection des rues Raoul-Jobin et Lafayette,  afin d’améliorer la sécurité routière et intégrer du verdissement aux abords de l’école primaire Saint-Malo. Ceux-ci ont été achevés en octobre dernier pour un montant prévu par la Ville de Québec de 534 265$.

Des panneaux d’arrêt ont notamment été ajoutés sur la rue Raoul-Jobin, à l’intersection de la rue Lafayette. Des trottoirs ont aussi fait l’objet d’une cure de jeunesse. « Il reste à savoir comment ça va affecter le comportement des automobilistes dans le concret. C’est sûr que c’est une belle bonification au niveau de l’espace urbain », dit Mme Nickner-Hudon,à propos des aménagements et du futur ajout de verdure sur place.

De manière générale, Myriam Nickner-Hudon craint toutefois la désensibilisation des automobilistes aux panneaux de signalisation. « La signalisation n’arrête pas un char », affirme-t-elle!

Globalement, en 2020, la Ville a réalisé des travaux pour améliorer la sécurité routière près de 11 établissements scolaires pour un coût total de 2,4 millions. D’ici 2024, le trajet scolaire de chacune des 115 écoles sera revu et corrigé, indique la municipalité sur son site web.

« Je pense que le dossier de Saint-Malo était sur le top de la liste », lance la présidente du Conseil de quartier!

Pour elle, même s’il est important d’avoir une répartition équitable de l’enveloppe consacrée à ces travaux sur « tout le territoire », certains besoins sont criants « autour des écoles des quartiers centraux », comme l’école des Berges, dans le quartier Saint-Roch, cite-t-elle en exemple.

Le chantier aux abords de l’école Saint-Malo, en septembre 2020.
Crédit photo: Véronique Demers

De longue haleine

Plusieurs voix s’étaient élevées afin de réclamer certaines mesures pour accroître la sécurité des enfants et des piétons aux abords de l’école Saint-Malo. Par exemple, certains automobilistes roulent vite sur Raoul-Jobin ou oublient de se conformer aux arrêts obligatoires.

« Les parents ont demandé, depuis longtemps, des efforts pour que l’endroit soit sécurisé. Ensuite, le Conseil de quartier, à différents moments, s’est impliqué dans, par exemple, le Plan de mobilité durable (de la Ville). Le Comité de citoyens et citoyennes a aussi travaillé sur les enjeux de sécurité routière. Ça, c’est des projets qui sont de longue haleine, explique Mme Nickner-Hudon. En 2018, la Ville a commencé vraiment à cogiter sérieusement sur une refonte de sa stratégie de sécurité routière (…). Fin 2019-début 2020, celle-ci est arrivée avec le plan de la nouvelle stratégie de sécurité routière et des présentations là-dessus. »

Une solution?

Pour améliorer la sécurité routière près de l’école Saint-Malo, que faudrait-il ultimement faire?

« La seule vraie solution, ce sera de réduire le nombre de chars, littéralement. Ce n’est pas une opinion populaire. Nous sommes à côté d’une sortie de parc industriel, le parc industriel Saint-Malo. Je crois vraiment à l’importance de continuer le chantier jusqu’à la rue Verdun et d’ajouter des avancées de trottoir tout le long de cette rue-là (Raoul-Jobin) pour faire un marquage (afin d’indiquer) qu’on quitte une zone industrielle et qu’on arrive dans une zone fréquentée par des être humains normaux, dont des enfants et des piétons. Il y des commerces aussi. Ça va prendre des aménagements plus agressifs », répond Myriam Nickner-Hudon, même si elle juge « correctes » les mesures déjà mises en place.

« On sent que la Ville veut changer et innover progressivement ses pratiques en design et en conception pour améliorer la sécurité routière. On va prendre les investissements. On va être contents, mais il sera important que la Ville continue d’être plus agressive pour aller chercher les moyens de ses ambitions. Sinon, on crée un faux sentiment de sécurité. Ça, c’est vraiment dangereux. Si les piétons, qui sont vulnérables, voient un aménagement qui est censé les protéger et que ça n’a pas cet effet-là, c’est dangereux », conclut la présidente du Conseil de quartier de Saint-Sauveur.

En savoir plus sur...