Le DG de la Caisse Desjardins de Québec quitte ses fonctions

Après avoir oeuvré pendant 36 ans au sein du Mouvement Desjardins, le DG de la Caisse Desjardins de Québec, Denis Laforest, quittera ses fonctions en mai. Il cédera sa place à Stéphane Breton.

« Le nouveau DG a commencé en février. Il vient du Saguenay, il a besoin de se faire des contacts. Je lui présente la nouvelle clientèle pour poursuivre ce qu’on a commencé », résume M. Laforest à l’égard de son homologue, actif depuis 24 ans chez Desjardins. Alors que M. Breton possède une maîtrise en gestion des organisations, M. Laforest détient deux baccalauréats (relations industrielles et sciences de l’administration) et un certificat en gestion des organisations.

Le DG sortant a commencé en 1983 à titre de commis de classe 1. « Ce poste n’existe même plus aujourd’hui! Dès le départ, je voulais devenir directeur général de caisse, et ça s’est réalisé en 1996. Je trouvais que c’était le meilleur emploi pour être en appui aux gens du milieu et favoriser le rayonnement socioéconomique d’un quartier », détaille-t-il.

Denis Laforest, DG sortant de la Caisse Desjardins de Québec.

Ainsi, au fil des années, la Caisse Desjardins de Québec a soutenu Lauberivière, le Centre de prévention du suicide, les Habitations Vivre Chez Soi (100 000 $ dans le complexe de 90 unités de logement annexées à l’Hôpital général de Québec), le Patro Laval et le Centre Durocher.

Fermetures et fusions

La croissance de toute organisation ne se fait pas sans heurt. Le point de service sur la rue Saint-Vallier Ouest a fermé ses portes, et les guichets ont été retirés pour qu’un seul soit intégré à même Jean Coutu, suivant les heures de la pharmacie. Des manifestations ont eu lieu pour témoigner du mécontentement.

« Il n’y a pas de réduction de service, c’est un défi de perception! Le point de service de Saint-Malo est situé à un demi-kilomètre (du défunt point de service sur Saint-Vallier Ouest). Mon objectif était d’optimiser l’institution pour la ristourne et l’aide au milieu », explique-t-il.

Questionné sur le vol de données survenu à l’été 2019 chez Desjardins, Denis Laforest dit avoir fourni tous les efforts avec ses employés pour rassurer les clients. « Avec le temps, on a vu que ces données étaient sensibles à d’autres institutions financières, comme Capitale One. On a aidé 500 membres à s’inscrire à Equifax. »

Outre ces défis qui ont suscité la grogne de la population, certains faits d’armes méritent d’être soulignés, comme la fusion des caisses de la basse-ville, de la haute-ville et du Vieux-Québec qui s’est terminée en 2016. « J’ai démarré avec une caisse ayant 54 millions d’actifs; elle est maintenant rendue à 2,1 milliards d’actifs, avec 45 000 membres et 140 employés. La [Caisse Desjardins de Québec] est la deuxième plus rentable au Québec, après celle de Granby », souligne M. Laforest.

Outre des voyages qu’il souhaite faire en mode VR, Denis Laforest se donne du temps pour réfléchir aux projets qu’il compte réaliser pendant sa retraite. Chose certaine, il entend bien continuer d’appuyer certains causes, en tant qu’administrateur.

En savoir plus sur...