CCCQSS : 50 ans de mobilisation dans Saint-Sauveur | 14 janvier 2020 | Article par Véronique Demers

Dans l’ordre habituel : Nicol Tremblay, président du CA du CCCQSS; Éloïse Gaudreau, animatrice-coordonnatrice; Éric Martin, animateur-coordonnateur. Absents de la photo : Guillaume Béliveau-Côté, chargé de projet (verdissement) et Dominique Sacy, animateur-coordonnateur.

Crédit photo: Véronique Demers

CCCQSS : 50 ans de mobilisation dans Saint-Sauveur

Le quartier Saint-Sauveur peut se targuer d’avoir le plus ancien comité de citoyens dans les quartiers centraux de la ville de Québec, qui compte maintenant cinquante années d’existence. Le comité qui l’avait précédé dans Saint-Roch, celui de l’Aire 10, formé en 1967, n’a pas survécu.

Fondé par Danielle Boulanger, une étudiante en économie, le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS) tient sa première rencontre le 3 février 1969, au Centre Durocher.

« Quand j’ai commencé au comité en 2015, ça m’a vraiment surpris que ce soit une femme. À l’époque, les femmes prenaient davantage des notes dans les comités. Je trouve ça audacieux qu’elle ait réussi. Elle a même abandonné ses études pour mettre sur pied le comité et le mouvement de lutte citoyenne qui s’y est greffé », souligne Éloise Gaudreau, animatrice-coordonnatrice au CCCQSS, diplômée en aménagement du territoire.

Installé d’abord dans un local au 554, rue Boisseau, avant de déménager dans la maison Luc André Godbout au 301, rue de Carillon, le CCCQSS contribue à stopper la démolition de 2500 maisons jugées vétustes par la ville.

« De 1976 à 1983, le comité a posé plusieurs actions pour s’opposer à ce que la Ville allait faire dans le quartier. Le plan Vandry(-Jobin) incluait notamment la démolition des maisons de la paroisse Sacré-Coeur, le long de la rivière Saint-Charles, puisque la Ville voulait construire des autoroutes (Saint-Charles et de la Falaise). […] Finalement, aucune maison n’a été démolie grâce aux pressions du comité, sauf deux maisons, à la demande du conseil lui-même », souligne Nicol Tremblay, président du CCCQSS.

Sauver les écoles de quartier

Outre le logement, les luttes sociales, l’environnement et d’autres sujets de mobilisation, le CCCQSS a aussi réussi à éviter la fermeture de l’école primaire Sacré-Coeur, en 1985, en 1994 et en 2005. De plus, le régulier et l’adaptation scolaire demeurent à l’école secondaire Cardinal-Roy, grâce au CCCQSS et le comité de parents « J’aime Cardi ».

Cardinal-Roy demeure ainsi parmi les enjeux prioritaires du CCCQSS, avec le trambus, la gentrification et ses effets potentiels, ainsi que la consolidation d’un quatrième poste dans l’équipe. Le comité s’efforce autant que possible de travailler en concertation avec l’administration Labeaume dans les divers dossiers auxquels il s’attaque. « Ce n’est pas toujours possible, alors dans ces cas-là, on exerce des moyens de pression et on manifeste », précise Éloïse Gaudreau.

L’une des tribunes par lesquelles le CCCQSS passe est le journal Le Carillon, né au début des années 1990 et publié deux fois par année. Une édition spéciale sur les 50 ans d’existence, dès sa fondation par Danielle Boucher, a d’ailleurs été distribuée en décembre dernier. Près de 130 membres font partie du comité du journal.

Quelques faits saillants dans l’histoire du CCCQSS

  • 1972 Sauvegarde de 2500 maisons menacées de démolition (sur les 7500 du quartier)
  • 1976 Acquisition de la maison Luc André Godbout
  • 1976 Appui à la création du FRAPRU (Front d’action populaire en réaménagement urbain)
  • 1979 Première action de soutien aux locataires (Appartements Saint-Vallier)
  • 1985, 1994, 2005 Sauvegarde de l’école Sacré-Coeur
  • 1996 Création de Saint-Sauveur en fleurs

En savoir plus sur...