Des 110 ans bien différents | 15 décembre 2020 | Article par Julie Rheaume

Le Patro Laval, dans le quartier Saint-Sauveur, le 15 décembre 2020.

Crédit photo: Julie Rheaume

Des 110 ans bien différents

En 2020, le Patro Laval célèbre les 110 ans de sa fondation. Même si la présente crise sanitaire a nui aux célébrations et empêché la tenue de plusieurs événements pour récolter des fonds, l'organisme du quartier Saint-Sauveur tiendra tout de même son cocktail-bénéfice de manière virtuelle le mercredi 16 décembre.

Publicité

Le Patro Laval, situé au 145 Rue Bigaouette, offre des activités de loisir accessibles et des services communautaires d’entraide, favorisant ainsi le mieux-être et le développement des personnes de toutes origines et de tous âges, particulièrement les jeunes et les plus vulnérables.

« Si je veux résumer, c'est qu'on tente tous les jours de faire un peu de bien. C'est un peu ça, le Patro », lance la directrice générale du Patro Laval, Sonia Pichette.

En mars dernier, lorsque le Québec est entré en confinement, l'équipe du Patro Laval a dû réagir.

« Nous avions préparé l'année dont notre programmation d'automne, teintée du 110e anniversaire. Nous devions commencer par le Festival de mini-hockey, les 17 et 18 mars, qui regroupait sept patros. Habituellement, il y a à peu près 700 enfants qui y viennent. Nous avions fait faire un beau chandail de fête à notre mascotte et là, tout a été annulé », se rappelle Mme Pichette, en entrevue.

Des célébrations prévues du 110e, seule la vente de 110 chandails-souvenirs à l'effigie du Patro Laval a eu lieu, indique la directrice générale.

Activités annulées

Chaque année, le Patro Laval tient plusieurs activités de financement pour renflouer ses coffres et poursuivre sa mission. À l'exception du cocktail-bénéfice tenu en mode virtuel le 16 décembre, tous les autres événements ont été annulés.

« Nous vivons à 75 % grâce au financement, dit Mme Pichette. On a annulé le repas chaud, un souper à la fondue chinoise, au mois de mai. On a annulé notre Souper des étoiles à l'été. On ramasse (habituellement) 100 000 $ avec ça. On invite alors les gens à venir souper en présence de joueurs de la Ligue nationale. On a été obligé de l'annuler. »

De nombreuses annulations ont privé le Patro Laval de revenus importants. Outre le Souper des étoiles qui génère un montant imposant, le repas chaud assorti d'une vente de viande à fondue permettait quant à lui d'amasser généralement 20 000 $. Le déjeuner du Festival d'automne, prévu à la fin octobre, générait une somme approximative de 10 000 $. Ce dernier événement n'a également pas eu lieu.

Malgré ces épreuves, Mme Pichette et son équipe ont choisi de rester positifs.

Cocktail-bénéfice

L'équipe du Patro Laval ne pouvait pas annuler son traditionnel cocktail-bénéfice, tenu depuis 35 ans. Elle a donc choisi de le tenir en mode virtuel, avec l'aide de son président d'honneur Stéphane Garneau, de l'entreprise Micro Logic. Ce dernier a d’ailleurs recruté une firme spécialisée en événementiel pour faciliter la tenue de la soirée, selon Mme Pichette.

« Ça va être bien animé, à deux mètres. On sera juste une dizaine sur trois plateaux différents. Ça va vraiment être très cool! On souhaite tellement que tout le monde se branche. C'est là, en même temps, que nous voulons fêter nos 110 ans », explique Sonia Pichette.

Tout le monde pourra se brancher dès 17 h 30 le 16 décembre pour fêter le Patro. Le public pourra bien évidemment participer financièrement à la mission de l'organisme selon ses moyens.

Malgré la crise sanitaire actuelle et ses effets négatifs, la campagne de financement semble aller bon train. « Ça va bien. On devrait annoncer un beau résultat, quelque chose de le fun, (le 16 décembre) à 18 h », lance Mme Pichette, en ce qui a trait aux sommes récoltées.

Services

Même si la COVID-19 est venue mettre des bâtons dans les roues au Patro Laval et autres organismes communautaires ou de loisir, son équipe a continué à tenir le fort et à offrir des services.

Le Patro Laval faisait déjà de la distribution de paniers de denrées. En avril, COVID oblige, la distribution a triplé en raison, entre autres, de la fermeture de certains autres comptoirs alimentaires. Le Patro est passé de 40 paniers à environ 120 paniers distribués, estime Mme Pichette. La crise a donc frappé fort plusieurs personnes et familles.

Le Pignon bleu a aussi sollicité l'organisme pour faire la livraison de repas préparés dans des résidences pour aînés, raconte Sonia Pichette. L'équipe de salariés du Patro Laval s'est donc attelée à la tâche.

Des animations virtuelles ciblant plusieurs catégories d'usagers ont eu lieu sur internet. La coordonnatrice aux aînés Rosa Soto a quant à elle fait des appels téléphoniques aux personnes âgées qui fréquentaient le Patro afin de jaser et prendre de leurs nouvelles.

De plus, de concert avec Mme Soto et une travailleuse de milieu, vingt tablettes avec internet ont récemment été prêtées à des aînés du quartier Saint-Sauveur. Le but? Leur permettre de garder contact avec l'extérieur et se désennuyer.

Aussi, durant la belle saison, restrictions sanitaires obligent, le Patro Laval a accueilli quelque 175 enfants (au lieu des 400 habituels) pour son programme Vacances été.

L'après-COVID

Sonia Pichette se questionne au sujet de l'après-COVID. « Comment va-t-on ramasser notre monde? Qu'est-ce qu'on va faire quand ça va être terminé? Comment va-t-on récupérer ça? »

En janvier, le Patro Laval compte d'ailleurs offrir son gymnase à des bulles familiales, dit Mme Pichette. Les familles pourront alors y réserver des plages horaires et y pratiquer des activités.

En 2021, le programme Vacances été devrait avoir lieu. « On espère que ce sera moins difficile, mais on va faire avec si la situation reste la même. Avec le vaccin, peut-être qu'on aura des chances de vivre un vrai camp d'été? », lance la directrice générale.

Tatoué sur le cœur

Plusieurs anciens semblent garder un vrai sentiment d'appartenance au Patro Laval. Certains continuent de le fréquenter, s'y impliquent bénévolement, y envoient leurs enfants ou encore le soutiennent financièrement.

Sonia Pichette, directrice générale du Patro Laval, le 15 décembre 2020, au Patro.
Crédit photo: Julie Rheaume

« On a a près 700 anciens à qui l'on donne des nouvelles tous les mois », précise Mme Pichette.

En 2021, l'Association des anciens et des anciennes du Patro Laval fêtera d'ailleurs son centième anniversaire. Le Patro songe donc à des moyens pour souligner l'événement dans les conditions actuelles.

Mme Pichette a d'ailleurs commencé à œuvrer au Patro Laval comme monitrice à l'âge de 13 ans. Elle a gravi les échelons pour devenir la directrice générale de l'organisme au milieu des années 2010. Elle est née tout près et ses enfants ont aussi fréquenté la ressource. « Ça fait 43 ans que je travaille au Patro », dit-elle.

Francine Pouliot, secrétaire de direction, prendra quant à elle bientôt sa retraite après 40 ans dans l'organisme.

Pour plusieurs, le Patro Laval, c'est donc une longue histoire d'amour.

En savoir plus sur...