La pêche s’invite en ville au Patro Laval | 18 janvier 2019 | Article par Véronique Demers

Pauline Gosselin, fière de sa prise, avec Michel Roy, bénévole à la Fondation pour la sauvegarde de la truite mouchetée.

Crédit photo: Véronique Demers

La pêche s’invite en ville au Patro Laval

La pêche peut se pratiquer en saison hivernale. Et pas seulement à Sainte-Anne-de-la-Pérade pour récolter des petits poissons des chenaux : on trouve du poisson dans le quartier Saint-Sauveur! Cette semaine, la truite mouchetée s’est invitée au Patro Laval, dans le cadre d’un happening organisé par la Fondation pour la sauvegarde de la truite mouchetée.

« Ça fait plus de 20 ans que la fondation existe, et 9 ans qu’on organise des happenings de pêche. Le Patro Laval est un partenaire de la première heure. […] La fondation veut faire connaître la truite mouchetée (appelée aussi l’omble de fontaine) au public et le sensibiliser à prendre soin de son environnement. L’été, on amène les jeunes en nature, mais l’hiver, on amène la nature en ville », détaille Odette Giroux, coordonnatrice des happenings et des bénévoles de la fondation.

Odette Giroux, coordonnatrice des happenings de pêche et des bénévoles à la Fondation pour la sauvegarde de la truite mouchetée.
Crédit photo: Véronique Demers

Ainsi a été aménagé cette semaine au Patro Laval un grand bassin, dans lequel 500 truites ont été introduites. Des groupes scolaires rassemblant plus de 250 enfants sont venus le jour, suivis de petits groupes de personnes âgées et d’une vingtaine de bénéficiaires du centre de jour l’Arche L’Étoile. Jeudi soir, les citoyens ont pu tenter l’expérience.

Tous repartent avec leur prise. Et les jeunes obtiennent aussi leur permis de pêche, valide jusqu’à l’âge de 18 ans.

« C’est une activité annuelle gratuite. On amasse des fonds dans le cadre de soupers gastronomiques, dont le menu est élaboré à partir de produits de la chasse et la pêche. Avec l’argent recueilli, on peut entre autres acheter les truites d’une pisciculture qui serviront à l’activité. Notre mission est d’éduquer, susciter une relève et permettre la recherche appliquée sur l’omble de fontaine », souligne Mme Giroux.

Les truites qui n’auront pas mordu à l’hameçon au Patro Laval seront offertes à la Maison Revivre vendredi en fin d’après-midi, ajoute la coordonnatrice.

Doux souvenirs

Un pêcheur qui a été bénévole pendant quelques années, mais qui n’a plus la force d’assumer ce rôle, continue de venir à l’activité, avec des amis de la résidence pour personnes âgées où il habite. « Il nous raconte où ils allaient pêcher, c’est un beau moment à partager », mentionne la coordonnatrice. Pauline Gosselin est aussi une fidèle de l’activité.

« Je fréquente le Patro quelques fois par semaine, et je viens au happening depuis le début. Quand j’étais plus jeune, j’allais pêcher en nature, à Beauport ou ailleurs. Mais maintenant, je n’y vais plus. Je remercie tous les bénévoles qui nous permettent de pécher dans le bassin. Ça me rappelle mon jeune temps », témoigne la dame, qui soufflera bientôt ses 87 bougies.

Cette activité d’initiation à la pêche organisée par la Fondation pour la sauvegarde de la truite mouchetée se déroule en collaboration avec la Fondation de la faune du Québec, ainsi qu’avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec.