Le Plan de mobilité durable de quartier se met en oeuvre officiellement | 30 avril 2018 | Article par Suzie Genest

Crédit photo: David Maxime Samson

Le Plan de mobilité durable de quartier se met en oeuvre officiellement

Avec l’appui du Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD), et le soutien financier d’Action-Climat Québec, le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS) officialise la mise en œuvre du Plan de mobilité durable de quartier (PMDQ).

Outiller les acteurs

Développé par un groupe de travail incluant le conseil de quartier de Saint-Sauveur, avec l’apport de nombreux acteurs et partenaires financiers, le PMDQ dresse un portrait des différents modes de déplacements dans le quartier. Il formule des recommandations, des pistes d’action, pour optimiser ces déplacements et leur cohabitation sécuritaire.

C’est une subvention de 90 000 $ issue du Fonds vert du programme Action-Climat du gouvernement du Québec, qui rend possible une première phase de mise en œuvre de ce plan, deux ans après son lancement. L’automne dernier, l’animatrice-coordonnatrice Pauline Bissardon, qui a œuvré auparavant à Craque-Bitume, s’est jointe au CCCQSS pour y travailler.

Cette première phase doit permettre, sur trois ans, d’outiller citoyens et intervenants municipaux concernés. En émergeront un comité de suivi, un plan d’action, des formations adaptées aux besoins des acteurs impliqués, un lien de communication avec le représentant municipal.

Des projets prioritaires

Au coeur de la mise en œuvre amorcée se trouvent cinq projets prioritaires et un projet phare pour favoriser les transports actifs et collectifs. Parmi ceux-ci, la Promenade Saint-Sauveur, de concert avec la Société de développement commerciale (SDC) de Saint-Sauveur, avait amené l’été dernier terrasses et verdure sur rue. Cet été, elle donnera lieu à une amélioration des traverses piétonnes, pour les rendre plus sécuritaires, et à la bonification des déplacements pour tous les modes.

Le CCCQSS et ses partenaires se penchent aussi sur la rue Victoria, un corridor scolaire où ils verraient bien un projet-pilote de rue partagée temporaire. L’intersection Charest Ouest/ Saint-Vallier Ouest/Langelier est également dans leur mire, ainsi que la rue Hermine. Ils comptent de même bonifier le verdissement du quartier pour favoriser les déplacements actifs et l’apaisement de la circulation.

Un comité de suivi formé d’experts, un comité de travail ainsi qu’un comité de développement constitué avec l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional participent à l’élaboration de ces projets. Parallèlement, des recommandations seront émises en amont des projets d’aménagement de la Ville de Québec.

« La Ville prévoit refaire Saint-Vallier, par exemple, il faut que nous on soit là, pour dire les besoins des citoyens, parce qu’on a déjà travaillé avec eux, on a déjà consulté. […] Les recommandations en amont, c’est très important, parce que quand la Ville ouvre une rue, c’est là qu’on a une vraie occasion de refaire des trottoirs, refaire des traverses, apaiser la circulation de transit, verdir… », soutient l’animateur-coordonnateur du CCCQSS Éric Martin.

À lire aussi : Plan de mobilité durable de quartier : à vos marques, prêts, poussez