Le Coin de la Patate devient Top O Frites | 23 juillet 2018 | Article par Véronique Demers

Christopher Trudel et André Alix s’affairent derrière le comptoir de Top O Frites, auparavant le Coin de la Patate, situé au 43, rue Saint-Joseph Ouest, dans le quartier Saint-Sauveur.

Crédit photo: Véronique Demers

Le Coin de la Patate devient Top O Frites

Depuis la semaine dernière, la bannière du Coin de la Patate dans le quartier Saint-Sauveur a été remplacée par Top O Frites, une enseigne indépendante.

Ainsi, Top O Frites se sépare de tout lien d’affaires avec le Coin de la Patate. Cette franchise ayant pignon sur rue à Neufchâtel et à Saint-Émile est détenue par Christian Légaré, un candidat défait au poste de conseiller municipal de Saint-Émile en 2007.

La bannière change, mais le propriétaire, André Alix, demeure le même.

« Je voulais me détacher du concept, de la vision. Le Coin de la Patate, ça fait 65 ans que ça existe. On veut attirer une clientèle plus jeune. On est en train d’élaborer une offre supplémentaire dans le menu, qui devrait voir le jour dans un mois ou deux. On pense à ajouter entre autres des sous-marins et des salades », détaille en entrevue M. Alix, propriétaire depuis 2015.

Produits locaux

Malgré le changement d’enseigne, André Alix assure que les prix vont rester les mêmes, tout comme les fournisseurs. « On mise sur les produits locaux et la fraîcheur des aliments», ajoute-t-il.

Questionné à savoir s’il compte intégrer un service de livraison de ses plats – via Foodora ou un service équivalent, pour les gens branchés – , le propriétaire répond par la négative. « Ce n’est pas avantageux, ni pour le client ni pour moi. On a évalué le tout, et le peu de profit allait à la livraison. On ne considère pas cette option », explique-t-il.

Taxes impayées

André Alix, propriétaire actuel du Top O Frites, portant ce nom depuis la semaine dernière.
Crédit photo: Véronique Demers

Au printemps dernier, selon le Journal de Québec, il était question que l’immeuble soit vendu de gré à gré sous contrôle de la justice, en raison d’un litige financier. Il était question aussi d’un retard du commerçant dans le paiement de ses taxes municipales. « Tout est réglé. Et pour les taxes, c’était une entente qu’on avait à chaque mois avec la Ville de Québec. On s’apprête à faire le dernier paiement », a souligné M. Alix.

 

Vérification faite dans le Registraire des entreprises sous le nom de la personne morale 9338-1994 Québec inc., il n’est pas mentionné que le commerce est en faillite, en liquidation ou en dissolution.

Manque d’employés

S’il y a eu des plaintes sur les réseaux sociaux en raison de l’horaire variable et de la fermeture plus tôt que prévu à certains moments, c’est en raison du manque d’employés. « On n’est pas le seul resto où il manque d’employés. C’est difficile dans plusieurs établissements de Saint-Roch et de Saint-Sauveur. On cherche toujours de bons employés », se défend le propriétaire de Top O Frites.

Donc à moins d’avis contraire, le commerce est ouvert de 11 h à 22 h. Le casse-croûte ferme certains soirs à 20 h.

Top O Frites
43, rue Saint-Joseph Ouest