L’AMIE jardine avec la Maison Marie-Frédéric | 21 août 2018 | Article par Suzie Genest

Marie-Eve Roy (à droite) et Mickaël Gauthier, intervenant à la Maison Marie-Frédéric (derrière) avec deux jeunes participants au projet de Jardins solidaires.

Crédit photo: Suzie Genest

L’AMIE jardine avec la Maison Marie-Frédéric

Quand on pense à L’AMIE (Aide internationale d’aide à l’enfance), on pense d’abord à la coopération internationale dans des pays éloignés. Or l’organisme a mené cette année avec la Maison Marie-Frédéric, dans le quartier Saint-Sauveur, un projet local de Jardins solidaires, qu’on verra au coeur d’une exposition présentée à La Korrigane dès ce jeudi 23 août.

Durant un séjour en Bolivie avec L’AMIE pour un projet axé sur la sécurité alimentaire et l’aide aux devoirs, Marie-Eve Roy, résidente du quartier Saint-Sauveur, songeait aux besoins similaires présents dans son voisinage. De retour au Québec, elle a parlé à L’AMIE de son idée : créer avec un organisme local un jardin pour participer à la lutte aux îlots de chaleur, aux déserts alimentaires, à la pauvreté. Une idée dans l’esprit de la permaculture, domaine qu’elle connaît bien, et où « tu commences par toi, par ce qui est proche de toi », illustre la jeune femme.

Suivant un appel de projets du ministère des Relations internationales et de la Francophonie en août 2017, un financement a été accordé pour concrétiser le jardin à la Maison Marie-Frédéric cette saison. Dès janvier 2018, Marie-Eve et L’AMIE ont travaillé avec l’organisme de Saint-Sauveur qui soutient et accompagne des jeunes de 18 à 35 ans en difficulté dans le développement de leur autonomie.

Jardiniers de passage, jardinage durable

Tomates, épinards, kale, roquette, melons… Dans le jardin sur le terrain même de la Maison Marie-Frédéric où ils vivent, les jeunes voient au jour le jour l’évolution des plants, et du fruit de leur travail. Il est plus motivant pour eux de s’impliquer dans l’entretien de ce potager si proche que de se rendre sur la parcelle de l’organisme au jardin communautaire Tournesol, plus éloigné.

La Maison Marie-Frédéric accueille des résidents pour une durée maximale de deux mois. Le projet en cours, et ses éventuelles suites, ont donc été pensés pour que la transmission soit aussi facile que possible. Une prochaine étape consisterait à créer des fiches-recettes et tenir des activités de cuisine autour des produits du jardin. Il pourrait aussi y avoir une seconde phase d’aménagement, sur la partie avant du terrain. Marie-Eve y verrait une petite forêt nourricière, avec des arbustes fruitiers qui créeraient aussi une zone de fraîcheur et de tranquillité pour les jeunes résidents. Tout dépendra des résultats de la première phase, de la participation des jeunes, et des ressources disponibles.

Au-delà des fruits, légumes et herbes, les Jardins solidaires sont aussi une initiative de « permaculture humaine ». On y tisse des liens entre participants, entre le nord et le sud, entre nature et humains aussi, résume Marie-Eve Roy. Comme les plantes qui poussent mieux, dans leur diversité, grâce au compagnonnage, les jeunes apprentis jardiniers apprennent qu’ils peuvent s’épanouir en mettant leurs forces en commun.

Le vernissage de l’exposition photo Les jardins solidaires pour la sécurité alimentaire a lieu en formule 4 à 7 à La Korrigane ce jeudi 23 août. En plus du projet avec la Maison Marie-Frédéric, l’exposition permet de découvrir un projet similaire au Rwanda, avec un partenaire de l’AMIE, le Centre Marembo.