Chez Tao! : un parfum d’Asie en peaufinement | 9 février 2018 | Article par Véronique Demers

Crédit photo: Véronique Demers

Chez Tao! : un parfum d’Asie en peaufinement

Discrètement en rodage depuis la mi-décembre, Chez Tao! se revendique de la bouffe de rue aux saveurs du Vietnam, de la Thaïlande, du Laos et de l’Indonésie. L’ouverture officielle du restaurant est prévue pour la mi-février. D’ici là, la carte des vins et cocktails sera peaufinée.

Une vingtaine de minutes après mon arrivée, vers 18 h 30, une faune résolument jeune occupe la quasi-totalité des 44 places. Le bouche-à-oreille et de récents articles dans les quotidiens de Québec ont été d’une redoutable efficacité.

Rouleaux de printemps au boeuf, aux crevettes et au porc.
Crédit photo: Véronique Demers

Un accent rétro ponctue le décor urbain, comme en témoignent les abat-jours orange brûlé, qui réchauffent le mur de béton longeant la pièce. Une musique pop au volume élevé nuit un peu à la conversation, étouffée par celles des autres clients. On aime toutefois l’esprit bohème qui règne, un peu à la manière des restos du coin tels que Patente et Machin ou L’Affaire est ketchup.

Personnel avenant

Malgré le brouhaha et la salle bondée, l’accueil du personnel est avenant et chaleureux. Pour la mise en bouche, j’ai partagé avec mon amie des rouleaux de printemps au boeuf, ainsi qu’aux crevettes et au porc. Le boeuf aurait pu être davantage attendri. La sauce accompagnant les rouleaux aux crevettes était bien relevée, au risque d’en cacher le goût.

T’site puce, un des deux cocktails sans alcool.
Crédit photo: Véronique Demers

On ne va pas Chez Tao! sans boire. Mon amie a choisi une bière fraîche en fût, au goût de lime, se mariant bien avec les plats d’inspiration asiatique. Outre le classique Perrier, deux choix de cocktails sans alcool sont proposés. J’ai jeté mon dévolu sur un T’site puce, combinant aloès, tonique, cardamome, lime et litchis. L’exotisme était au rendez-vous.

Báhn mi surprenant

La dégustation s’est poursuivie avec une salade de papaye aux haricots et crevettes séchées – on se demandait un peu où se cachaient ces dernières. Découvrant la suite du menu, j’ai commandé une soupe-repas au boeuf. Le bouillon, léger, aurait pu être un peu plus mariné ou parfumé. Par contre, les herbes fraîches et généreuses qui garnissaient les plats sauvaient la mise.

En fin de parcours gustatif, l’art du báhn mi était mieux maîtrisé. Le végépâté était absolument frais et savoureux, accompagné de légumes en julienne marinés. Pour deux entrées, une soupe, une salade et un báhn mi, il m’en a coûté 48 $, excluant le pourboire et les cocktails.

Le rodage en cours permettra certainement au mixologue Vincent Thuaud et à ses trois comparses de Chez Tao! d’apporter quelques ajustements qui profiteront au parfum de certains plats.

Chez Tao!
104, rue Saint-Vallier Ouest
418 204-1850

À lire aussi : Chez Tao ! : l’Asie du Sud succède au Moyen-Orient.