Une rue à la fois, verdir Saint-Sauveur

verdir_saint_sauveur

Dans la foulée des petits projets verts découlant du Plan directeur de quartier, de Saint-Sau'vert et d'initiatives similaires dans les quartiers voisins, des résidents de Saint-Sauveur se regroupent pour verdir. Monsaintsauveur a rencontré l'un d'eux, qui concrétisera un projet cet été avec ses voisins de la rue Père-Grenier.

Semer l'idée

Quand il s'est installé il y a deux ans à Saint-Sauveur avec sa conjointe aux antécédents horticoles, Simon Lavoie songeait déjà à verdir. Une table-ronde organisée par la CDÉC lui a donné une première occasion de partager ses idées, mais ça n'a pas été plus loin. Puis, il a vu les différents aménagements de Bien-vivre à Saint-Roch au nord du quartier voisin, et au sud les bacs de végétaux de la rue Turgeon, entretenus par les fondateurs de Verdir et Divertir et leurs voisins. Il a pris contact avec les uns et les autres.Comme eux, Simon a fait cheminer son idée auprès de ses voisins à lui, avant de rejoindre d'autres résidents de son quartier lors d'une rencontre au Griendel. Parmi les participants, un administrateur du conseil de quartier est aussi impliqué personnellement dans un projet de verdissement comestible en développement. Simon a par ailleurs rencontré le Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur, dont le Plan de mobilité durable inclut des aménagements verts. Même si chacun mène sa barque, un réseau de racines vertes commence à se dessiner sous le bitume de Saint-Sauveur...

Un projet simple à imiter

Depuis janvier dernier, un petit groupe s'est formé autour de Simon Lavoie. S'il l'a baptisé Verdir Saint-Sauveur, il n'est pas pour autant question de fonder un organisme, dit-il. Il serait davantage intéressé à s'associer et collaborer avec un organisme existant. Ses acolytes, de par leur emploi ou leurs loisirs, ont pour la plupart déjà un pied dans l'agriculture urbaine et la mobilité durable. Sensibilisés, ils ont des idées, mais sont aussi pris par plusieurs occupations... C'est pourquoi cet été, ils débutent par un premier projet simple sur leur rue, qui donnera de bons résultats visibles sans être trop exigeant, et pour lequel ils ont eu des coups de pouce :

Les achats, c'est surtout des semis. Les palettes de bois, c'est facile à trouver. On a eu du géotextile de la Ferme Bédard et Blouin et d'une étudiante de Fierbourg en horticulture qui en avait en trop. J'ai une colocation sur un lot des Jardins Tournesol, ça me donnera accès à des échanges de plants, des plants en trop. »

Le peu d'ensoleillement de leur rue a déterminé le choix des espèces à planter : kale, thym, origan... Conscients que placer quelque chose dans l'espace public entraîne un risque, ils veilleront à la solidité des installations, prévoiront des plants et de la terre de remplacement en cas de vandalisme. Par une première réalisation simple, ils souhaitent propager le goût de verdir à d'autres rues, et au besoin partager leur expérience avec d'autres résidents du quartier intéressés à se lancer à leur tour. Ce qui ne les empêche pas d'avoir aussi des projets plus ambitieux, pour la suite des choses...Verdir Saint-Sauveur réalisera son projet sur la rue Père-Grenier à la mi-juin. On peut joindre le groupe, pour participer ou pour s'informer, par courriel à verdirsaintsauveur@gmail.com

Publicité