Un projet pilote pour accroître l’accès aux soins au GMF de la Clinique médicale Saint-Vallier

archimede_gmf_saintvallier
François Blais, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale; Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux; Christine Laliberté, infirmière praticienne spécialisée dans les soins de première ligne; Michel Delamarre, président-directeur général CIUSSS de la Capitale-Nationale; Ghislain Dubé, omnipraticien au GMF de la Clinique médicale Saint-Vallier.

Le projet pilote Archimède, misant sur une organisation interdisciplinaire des soins pour augmenter la capacité de prise en charge de patients, est implanté au GMF (Groupe de médecine de famille) de la Clinique médicale Saint-Vallier, qui en est l’initiateur, a annoncé en conférence de presse le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette.

Prise en charge en équipe

Un investissement de 3,5 millions du ministère de la Santé et des Services sociaux est injecté dans le projet pilote Archimède sur cinq ans. À terme en 2021, il doit faire passer la cible du GMF de la Clinique médicale Saint-Vallier de 8 000 à 12 000 inscriptions pondérées, soir l’équivalent de 3 000 patients par médecin à temps complet au sein d’un équipe interdisciplinaire. L’atteinte de cette cible repose sur une réorganisation qui portera à trois puis à cinq le nombre d’infirmières praticiennes spécialisées. La réorganisation prévoit également l’ajout de trois infirmières cliniciennes, d’une infirmière auxiliaire et de trois à quatre autres professionnels tels que physiothérapeutes, ergothérapeutes, travailleurs sociaux et pharmacien.À l’intérieur de l’équipe chargée de l’accueil et du suivi des patients, les différents professionnels de la santé  « peuvent avoir une intervention autonome », et le médecin est présent pour les cas nécessitant son expertise, a expliqué le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette. De 10 % à 15 % des cas exigeraient un médecin, selon les chiffres cités par l’infirmière praticienne spécialisée dans les soins de première ligne Christine Laliberté, une des instigatrices du projet avec, entre autres, le Dr Ghislain Dubé, omnipraticien à la clinique de la rue Montmagny.Une évaluation en cours de projet sera menée avec la collaboration de l’Institut universitaire de première ligne du CIUSSS de la Capitale-Nationale. Le processus prévoit aussi une consultation auprès des patients quant à leurs besoins, a indiqué Christine Laliberté. L’affichage des postes créés pour la réorganisation est débuté et certains sont déjà comblés.

Un modèle pour les GMF et pour attirer les jeunes médecins

Ultimement, le projet Archimède devrait mener à l’implantation du modèle d’organisation interdisciplinaire des soins dans d’autres GMF québécois. Interrogé à savoir si ce modèle est celui qu’il aurait préconisé pour la Coopérative Sabsa, maintenant liée à un CLSC, le ministre Barrette a indiqué avoir toujours été favorable à l’interdisciplinarité et défavorable à la création d’un « réseau parallèle ».Le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale François Blais, fier que le projet Archimède prenne place à Québec, s’est dit convaincu des impacts qu’il aura « sur l’accessibilité des soins de première ligne pour les gens de la Basse-Ville de Québec ». Le ministre Blais croit également au potentiel du modèle interdisciplinaire pour « attirer les jeunes médecins ».