Saint-Sauveur s’habille : l’atelier-boutique Caméléon | 19 avril 2017 | Article par Ann-Sophie Harvey

Saint-Sauveur s’habille : l’atelier-boutique Caméléon

Mine de rien, il y a dans Saint-Sauveur des boutiques, des ateliers de designers et d’autres entreprises associées au vêtement et à la mode. La série « Saint-Sauveur s’habille » explore cette facette du quartier, en longeant la rue Saint-Vallier Ouest jusque chez Caméléon.

Le rêve commun

En 2010, l’agence de publicité Caméléon lance une ligne de vêtements du même nom. Établi depuis 20 ans dans le quartier Saint-Sauveur, le propriétaire de Caméléon Guy Asselin accueille dans l’équipe sa conjointe, la designer Karine Gervais. « On avait le rêve en commun d’avoir une ligne de vêtement », lance la cofondatrice. Commercialiser l’image de marque Caméléon était le souhait du couple. « C’est un trademark ».Ainsi s’installe l’atelier de confection de Karine dans les bureaux de la rue Saint-Vallier Ouest et s’ouvre une petite boutique. Les vêtements Caméléon et ceux d’autres marques y sont vendus afin de positionner le produit : « De dire qu’on ne fabrique pas de la mauvaise qualité », souligne la créatrice.

cam-pe2017-couvertjpg
Crédit photo : Guillaume D-Cyr

Caméléon, les collections

Caméléon est un prêt-à-porter féminin, classique et décontracté à la fois. « Je veux toujours que la personne soit vraiment confortable dans ces vêtements […] tout en ayant l’air habillé », explique la copropriétaire.Dès le lancement de la marque, la priorité de Mme Gervais a toujours été le réseau de distribution. D’année en année, ce réseau grandit au Canada. Ainsi, la collection Printemps/Été 2017 est distribuée dans plus de 40 boutiques indépendantes à travers le pays.

cam-pe2017-robe-boscojpg
Crédit photo : Guillaume D-Cyr

Un quartier à double tranchant

Le quartier Saint-Sauveur est une localisation merveilleuse, affirme Karine Gervais, car plusieurs designers de Québec se retrouvent sur la même rue. Un heureux hasard qu’elle voit comme une complémentarité.Toutefois, c’est aussi une localisation où l’achalandage naturel n’est pas énorme et il est donc difficile de faire voir et de faire connaître la marque aux citoyens, avoue la designer. Les boutiques de proximité offrent de belles choses de qualité et sont méconnues : « Ce n’est pas une rue de magasinage », avance-t-elle. Elle aimerait voir la Ville de Québec aider les commerçants de mode pour que Saint-Vallier devienne une destination. « C’est triste parce qu’il y en a plusieurs, c’est un quartier qui est quand même en développement. » Elle rappelle le défilé qui avait regroupé tous les artisans de la rue en août dernier lors de Saint-Sauveur en fête et de la clôture de SPOT : « C’était merveilleux ! »

cam-pe2017-tee-matelot-noirjpg
Crédit photo : Guillaume D-Cyr

Si l’utilisation des réseaux sociaux est importante pour Caméléon, l’entrepreneure n’en démord pas : avoir pignon sur rue est primordial pour que les clientes s’approprient les vêtements. C’est d’ailleurs dans ses projets des prochaines années d’ouvrir une deuxième boutique Caméléon. Où ? « Dans un lieu plus achalandé [de] la ville de Québec », souhaite la créatrice.La collection P/É 2017 sous le thème Blue de Caméléon est disponible en boutique et sur la boutique en ligne : http://www.cameleondesigner.ca/ .

Caméléon
198, rue Saint-Vallier Ouest
418 694-2262

À lire aussi dans la série Saint-Sauveur s’habille : Lucia F.