La Fabrique fumante et le Colosse

coteOn s’y sent chez soi. L’étroitesse du restaurant procure une atmosphère décontractée et familiale. Les photos de joueurs de hockey ou de vedettes accrochées aux murs laissent croire que le restaurant est fréquenté par des personnalités, ce qui advient chez tout classique.Les habitués sont légion et reprennent toujours les mêmes plats, confortés dans leurs délices et dans ce sentiment de sécurité d’avoir enfin trouvé un mets indélébile. On y revient chaque semaine fidèle et enthousiaste.hockeyJe suppose que c’est pour ça que les gens font la file pour entrer chez Schwartz’s à Montréal ou au Buffet de l’Antiquaire le dimanche matin, ce sentiment d’y trouver son compte à chaque fois. La Fabrique du Smoked Meat n’est pas chez Schwartz’s​, mais c’est ce qui s’en approche le plus, à mon avis, à Québec. Sylvie Isabelle s’y était arrêtée en 2014 pour Monsaintsauveur.com. J’y suis retourné pour ma mission exploratoire !

Toutes les misères du monde à sortir de table

J’allais donc boire deux pintes de bière (Creemore Spring et Belgium Moon), qui sont descendues dans ma gorge telles les chutes Montmorency, mais mes ambitions alcooliques s’évaporèrent à mesure que mon estomac se remplissait. Mon entrée, six ailes de poulet bien croustillantes et parfaitement cuites, allaient faire le bonheur de ma carence « grassicole ». Les ailes parfaites étaient servies avec une sauce BBQ « Dana » surprenante : un mélange piquant de pommes et de sauce aigre-douce du Mc Do.AilesPour premier plat principal, je devais prendre la poutine au smoked meat, vantée par plusieurs clubs d’obèses morbides de la Capitale. Sans trop m’informer de l’ampleur du format, j’optai pour une moyenne, et quelle ne fut pas ma surprise ! Un adorable monticule surmonté de toute cette viande fumée, le paradis, que dis-je, la catharsis !

Le chaud et le froid

Ce qui fait la force de cette poutine, c’est l’équilibre des quatre éléments, car aucun ne ressort du lot sauf le smoked meat. La sauce (Berthelet) par exemple, dont j’ai demandé un échantillon à part, n’a rien d’exceptionnel. Elle trouve pourtant le moyen de s’engouffrer délicatement au travers des autres ingrédients pour faire ressortir les goûts et les amalgames. La crotte résiste malgré cette sauce au point de fusion qui porte le fromage Chaudière encore entier à la limite du fondant. Ce n’est plus un skouik entre nos dents, mais bien un genre de shmouik fort agréable et plus mollet qui échoie dans la bouche.PoutinePour deuxième plat, la Côtes levées (1½ livre) et Smoked Meat (23,75 $). Servie avec une sauce noire et beaucoup de frites, elle a l’aspect un peu sec. On est habitué à des côtes levées bien beurrées de sauce rouge, mais celle-ci vient nature. Qu’à cela ne tienne, le goût est au rendez-vous. Le sandwich rempli de smoked meat me comble de bonheur lorsque je l’arrose de moutarde « baseball ». Comment passer à côté de cette viande et de son assemblage d’épices uniquement réservées à La Fabrique ? Je termine la demi-livre de côtes levées sans difficulté, mais je laisse tomber un peu les frites, pour garder un coin pour le dessert. On utilise principalement de la patate blanche lorsque les patates rouges ne sont pas assez belles, selon les saisons. Ceci dit, ces frites en juliennes sont délicieuses.

Colosse

Je commande la tarte au sirop d’érable à 55 $ en guise de dessert. Cuisiné selon un procédé spécifique, c’est un des joyaux de l’endroit, et une épée de Damoclès au-dessus d’un diabétique. Il faut se rendre à la 16e pointe pour constater l’onctuosité de cette tarte qui goûte le ciel. Probablement ce qui s’approche le plus de l’ambroisie. Elle est offerte en verrine à 2,50 $, pour les mortels.tartedevantLa Fabrique est un revenez-y essentiel dans le paysage de Québec. Le service impeccable, la convivialité de l’endroit et l’ambiance familiale nous donnent l’agréable impression d’être chez soi. Il faut absolument goûter la viande fumée, peu importe la manière : dans une poutine, dans un sandwich ou accompagné d’une côte levée, ou de boudin au porc, ou de foie de veau à la lyonnaise… Dans le secteur (autrefois la paroisse) Saint-Malo, d’autres incontournables sont à explorer à La Fabrique, comme dans le quartier.Allez ! Explorez !

La Fabrique du smoked meat727 rue Raoul-Jobin418 527-9797