Voyager dans Saint-Sauveur, les lundis au Griendel

griendel_conference_jazz

Depuis l’hiver dernier, le Griendel organise des soirées-conférences les lundis. Les passionnés d’histoire s’y rencontrent autour d’un verre pour faire le tour du monde et des époques, tout en restant bien au chaud dans l’ambiance feutrée de la brasserie artisanale sur la rue Saint-Vallier.

Les thèmes abordés sont très variés. On y a entre autres traité du quartier Saint-Sauveur, de l’histoire de la prostitution en France, du métro de Montréal, de l’histoire sociale et culturelle de l’hiver québécois, et j’en passe tout plein. De tout, pour tous les goûts !

Paris – New-York

jazz-sgdpCette semaine, le conférencier invité était Éric Dussault, qui n’en était pas à sa première conférence au Griendel. Historien, conférencier, enseignant et guide historique, il a entretenu une trentaine de spectateurs captivés au sujet de l’histoire du jazz à Paris et à New-York dans les années 1940 et 1950. Photos et musiques à l’appui, on n’était pas loin de se croire dans un bar humide de la Nouvelle-Orléans, ou encore dans le salon chez Boris Vian, n’eut été des grattes déneigeant le trottoir de l’autre côté des fenêtres.Parlant de chez Boris Vian, si nous on n’y était pas, c’est tout de même à cet endroit que M. Dussault a fait ses recherches en vue de ses publications L’invention de Saint-Germain-des-Prés et Le milieu du jazz à Saint-Germain-des-Prés. Oui, oui, à côté de chez Jacques Prévert, en haut du Moulin Rouge. Vous vous replacez ? Tout le monde connaît Boris Vian, (ingénieur de profession !), icône littéraire parisienne et grand amateur de jazz, mais peu de gens le savent joueur de trompette. M. Dussault, en plus d’avoir eu accès aux archives de la Bibliothèque nationale de France, a eu la chance de fouiller parmi les archives personnelles de jazzmen et danseurs de be-bop de l’âge d’or du jazz à Paris.

rats-de-caveDe Glenn Miller à… Félix Leclerc ?

De 20 h à 21 h 30, nous avons parcouru le swing des années 1930 avec Glenn Miller et Benny Goodman, le be-bop afro-américain new-yorkais des années 1940, frétillé avec le cool jazz de Miles Davis et dérivé sur le hard-bop des années 1950 dans un Greenwich Village en pleine révolution africaine. Nous avons traversé l’océan jusqu’au Harlem de Paris, Saint-Germain-des-Prés, où Duke Ellington était roi, et nous avons dansé avec les Rats de cave dans leur chemise à carreaux, symbole existentialiste de la philosophie sartrienne – ou influence de Félix Leclerc à Paris dans les années 1950 ? Mystère qui fait sourire le conférencier…Se cultiver tout en buvant de la bière ? Ça donne envie de retourner sur les bancs d’école, n’est-ce pas ?!  Les prochaines conférences auront lieu au retour des fêtes en janvier. Le 16, ce sera « Cheese ! » La riche histoire des fromages et le 30, Bûchers, sorcières et croyances : Une petite histoire de la magie, par Martin Parrot lui-même.Les conférences sont à 20 h et le coût d’entrée comprend un verre de bière au choix, parmi la sélection maison. Arrivez tôt, il n’y a que 30 places disponibles !Je vous laisse sur l’ambiance qui régnait hier soir au Griendel, et tous les soirs à Paris il y a 60 ans, avec un extrait du film de Jacques Becker Rendez-vous de juillet :https://www.youtube.com/watch?v=4ORER0VyEZ4

Griendel195, rue Saint-Vallier Ouest