Rap familial et persévérance 101

Webster au Patro Laval

La semaine dernière, du 15 au 19 février, avaient lieu les Journées de la persévérance scolaire Basse-Ville. Le rappeur Webster, porte-parole de l’événement, a clôturé la semaine avec une prestation au Patro Laval.

Je ne connais pas grand-chose au rap. Toutefois, les jeux de mots, la rythmique et les histoires me font penser à un mélange de poésie et de tradition orale africaine. Je suis peut-être complètement dans le champ, mais c’est pas grave. Been there, done that.IMG_8412 Spectacle au Patro LavalLa soirée commence avec un jeune rappeur blond. Il faut avoir du cran pour ouvrir le bal à froid, tout seul. Le rythme est entraînant et les paroles, bien construites. Les ados sont devant, dont le mien, à ne pas bouger beaucoup. Je discute avec ASH, à la console de son, qui agit comme « Hype Man » tout en s’occupant de deux enfants qui veulent jouer avec les micros. Multitâche, il m’informe sur le programme de la soirée.IMG_8434 LyrGraph au Patro LavalLe collectif LyrGraph se lance en deuxième. Le quatuor semble en réveiller quelques-uns. Les gars se donnent à fond et interagissent super bien entre eux. Belle performance.Avant d’introduire la vedette principale, ASH quitte sa console pour nous secouer un peu. Il monte sur scène pour nous faire chanter avec deux rappeurs amateurs d’environ 5 ans. Les enfants sont rois ce soir. C’est super sympathique.Arrivée de la carte principale. Dès son entrée sur scène, Webster fait lever la salle dans le vrai sens du terme :

Mais c’est quoi ça ? Vous êtes des personnes âgées ou quoi ? Virez-moi ces chaises ! Allez ! Allez ! Virez-moi ces chaises ! »

Les adultes approuvent à grands cris. Ça va obliger les ados à bouger un peu. La musique démarre et les bras se lèvent. Enfin !IMG_8483 Webster au Patro LavalLIMG_8435 Webster au Patro Lavale spectacle va bien et j’ai du fun, mais la foule est plutôt amorphe. Il y a juste les parents et les petits qui semblent sur le party. Ça me déçoit un peu. En gars expérimenté, Webster nous rassure :

Vous en faites pas s’il n’y pas beaucoup de monde. Depuis le temps qu’on fait du rap moi et ma gang, on a appris que ce qui compte, c’est ceux qui sont devant nous. Peu importe qu’ils soient beaucoup ou pas, l’important c’est de jouer pour ceux qui sont devant nous. »

Publicité

Sagesse ou humilité ? J’ai trouvé ses propos plutôt pertinents. La persévérance, c’est peut-être de donner tout ce qu’on a, mais c’est aussi d’apprécier nos petites victoires, une à la fois.À lire sur Monlimoilou.com : Webster : le rappeur engagé de Limoilou.