Poutine Week 2016 : la chèvre de M. Cotton et la Galvaude Sainte-Sauce à deux

poutines_mss

Des blogueurs de Monsaintroch.com et Monsaintsauveur.com ont testé les créations spéciales proposées par les restaurateurs de nos quartiers durant la Poutine Week, qui débute aujourd’hui. Compte-rendu de la dégustation au Fin Gourmet et chez Griendel.

On peut profiter de la Poutine Week à deux endroits dans le quartier : le Fin Gourmet et le Griendel. Selon les blogueuses/testeuses qui ont goûté les poutines de plus de 60 restaurants à travers la ville de Québec et les environs, Saint-Sauveur est l’une des destinations à ne pas manquer !

Le Fin Gourmet : l’amour des bons ingrédients

Fin Gourmet_625Au Fin Gourmet, on dénote avant tout la passion pour les ingrédients de qualité. La poutine La chèvre de M. Cotton – baptisée en l’honneur du chef Alexandre Cotton – ne fait pas exception. Cet amour de la qualité se retrouve d’abord dans les frites, faites de pommes de terre Yukon Gold bien croustillantes qui goûtent bien la patate – on est loin des frites congelées ! Mais l’originalité de la poutine et notre haut niveau de plaisir proviennent du fromage de chèvre Crotte de bouc en grain de la fromagerie Les Chèvres de l’Île d’Orléans : une vraie révélation ! Goûteux, salé, tellement bon, il garde sa superbe texture de fromage skouik skouik, qui se marie si bien à la poutine. De plus, il est sans lactose, un atout pour les personnes intolérantes !En plus d’oignons caramélisés, de lardons et d’une jolie pousse verte trônant sur le dessus de cette œuvre culinaire, une sauce aux poivres vient napper le tout. Là encore, une grande attention a été portée aux produits utilisés : le poivre des Dunes produit au Québec et le poivre rose. La sauce est délicieuse et très très bien exécutée. Plusieurs blogueurs participant à la dégustation juraient que c’était la meilleure de la soirée.Parfois, lors d’événements comme la Poutine Week, lorsque les chefs rivalisent d’originalité pour réinventer un plat très prisé dans sa forme de base, il arrive qu’ils transforment la recette au point d’oublier le thème. Au Fin Gourmet, on a réinventé les ingrédients de base de la poutine plutôt que de les remplacer par autre chose. On obtient ainsi une délicieuse poutine haut-de-gamme – qui se compose d’ingrédients hors de l’ordinaire, oui, mais qui goûte quand même la poutine… et la bonne poutine !

Chez Griendel : une simplicité surprenante… et satisfaisante

Griendel_625Chez Griendel, ce qui frappe en premier lieu, c’est la grosseur de la portion : ici, la générosité est au rendez-vous, à un point tel qu’on pourra facilement partager la Galvaude Sainte-Sauce à deux. À 10 $, on appelle ça une aubaine !Ne vous laissez pas duper par l’apparente simplicité de cette poutine : inspirée de la poutine râpée acadienne, la Galvaude Sainte-Sauce offre de prime abord une classique galvaude. La montagne de succulentes frites (parmi les meilleures en ville !) est nappée d’une sauce à la bière et garnie de beaux morceaux de poulet, de fromage en grain et de petits pois.Le chef Guillaume Malouin nous réserve toutefois une surprise: surmontant cette quantité impressionnante de frites dorées, on retrouve ni plus ni moins qu’une croustillante « poutine inversée », à la façon de celle popularisée par le chef Danny St Pierre. C’est dire que les efforts n’ont pas été ménagés : on prépare une sphère de sauce qu’on enrobe ensuite d’une mixture de poulet et de petits pois, puis de fromage, puis de pommes de terre, qu’on fait finalement frire.Pour le prix, c’est beaucoup de boulot, mais pour ceux et celles qui se rendront chez Griendel, c’est beaucoup de plaisir ! À noter que la Sainte-Galvaude est servie avec un galopin de bière en prime.Avec la collaboration de Sylvie Isabelle.La Poutine Week à Québec se déroule du 1er au 7 février. Retrouvez sur Monsaintroch.com les autres billets de nos blogueurs dans le cadre de la Poutine Week 2016 :