Parc Alys-Robi : la défunte star a son « Walk of fame » | 11 octobre 2016 | Article par Jean Cazes

Dans l'ordre : Régis Labeaume, Chantal Gillbert (3e) et Martin Latulippe, 11 octobre 2016.

Crédit photo: Jean Cazes

Parc Alys-Robi : la défunte star a son « Walk of fame »

La Ville de Québec a procédé ce matin à l’inauguration du parc Alys-Robi, au coin des rues Victoria et Napoléon, dans le quartier Saint-Sauveur..

Publicité

Autrefois à l’abandon, ce petit îlot de tranquillité a été récemment converti en un lieu accueillant qui rend dorénavant hommage à la célèbre chanteuse, décédée en 2011. Le toponyme, rappelons-le, a été dévoilé par Chantal Gilbert lors de l’assemblée du Conseil de quartier du 16 mars dernier.

Pour l'inauguration, la conseillère municipale du district de Saint-Roch−Saint-Sauveur, le maire Régis Labeaume et le petit-neveu d’Alys RobiMartin Latulippe, ont pris la parole. D'entrée de jeu, les deux élus municipaux ont souligné l'initiative citoyenne qui a redoré l'image du parc en l'honneur de « la première chanteuse québécoise à avoir une renommée internationale et qui a grandi au coin Charest et Durocher », convaincus par ailleurs que « la population va fréquenter ce parc, un bon coup pour Saint-Sauveur ».

Des souvenirs de jeunesse inspirants

Avant tout, c'est le long témoignage senti et truffé de souvenirs de jeunesse de Martin Latulippe, responsable de la succession de la chanteuse, qui a retenu l'attention lors de la cérémonie :

Elle était la sœur de ma grand-mère. J'ai eu la chance de la côtoyer à partir de la fin de mon adolescence. Avoir une personne comme ça dans sa famille, c'est unique, et on le réalise après son décès. C'est en étudiant à Montréal que j'ai appris à la connaître. Elle me disait : "Martin, inquiète-toi pas, ta tante est là !". […] Vivre toutes ces choses-là dans une vie, c'est presque irréaliste pour moi. […] J'ai vraiment réalisé sa popularité quand on a fait la réouverture du Capitole, en 1992, où un tas de gens témoignaient de leur amour pour ma grande tante. […] Elle disait aussi :"J'ai commencé très tôt dans ma jeunesse; j'ai atteint des sommets, mais aussi les profondeurs de l'enfer." […] À l'époque, on ne savait pas trop comment traiter la maladie mentale. Alys est sortie de l'internement après cinq ans. Elle s'est relevée. Pour moi, à 47 ans, j'ai pris son exemple pour me dire que je suis capable de me relever aussi à tous les jours, et elle peut également inspirer plein de monde. »

Tel que décrit dans un communiqué de la Ville, le petit parc Alys-Robi se caractérise par l’insertion au sol de treize des grands succès de l'artiste, à la manière du Walk of Fame d’Hollywood. Une plaque commémorative installée au bout de l’allée résume la vie intense de cette ambassadrice de la chanson québécoise.

À lire aussi : Un petit parc pour une grande dame