Notre quartier, par les élèves de l’école Sacré-Cœur (11) : l’école Sacré-Coeur (maternelle 4 ans)

BP-Sacre-Coeur-Batisse-2014-06-19-1-320x214L’école Sacré-Cœur, sur la rue Jumonville, est une institution publique accueillant un peu plus de 150 élèves de la maternelle 4 ans à la 6e année. Cette année, les élèves y sont amenés à découvrir les richesses de leur milieu de vie à travers le thème « Prendre son envol dans notre quartier ». Du 8 mars à la fin mai, Monsaintsauveur.com publie chaque mardi un billet préparé par une classe de l’école Sacré-Cœur sur un lieu ou un personnage du quartier. Pour cette dernière semaine, la classe de maternelle 4 ans de madame Laurie Morissette raconte comment était son école autrefois.

L’école Sacré-Coeur autrefois

école Sacré-Coeur maternelles 4 ans_Rose

« Les enseignantes étaient autrefois des religieuses. » – Rose, 5 ansécole Sacré-Coeur maternelles 4 ans_Mathilde

« À l’époque, les filles et les garçons étaient séparés. C’est pour cette raison qu’il y a encore aujourd’hui sur la façade de l’école des insignes indiquant le côté des garçons et le côté des filles. » – Mathilde, 5 ansécole Sacré-Coeur maternelles 4 ans_Joseph

« Puisqu’il n’y avait pas d’ordinateur, chaque enseignante devait consigner à la main dans un registre toutes les informations concernant les élèves (l’âge de l’élève, le nom de son père, son emploi et son adresse). » –  Joseph, 4 ansécole Sacré-Coeur maternelles 4 ans_Jeanne

« Autrefois, c’était des religieuses qui enseignaient aux élèves. À cette époque, les ordinateurs n’existaient pas, donc elles consignaient à la main dans un registre toutes les informations concernant les élèves (l’âge de l’élève, le nom de son père, son emploi et son adresse). » – Jeanne, 4 ansécole Sacré-Coeur maternelles 4 ans_Flavie

« Il n’y avait pas d’ordinateur, donc chaque enseignante devait consigner à la main dans un registre toutes les informations concernant les élèves (l’âge de l’éllève, le nom de son père, son emploi et son adresse). De plus, les filles et les garçons étaient séparés. C’est pour cette raison qu’il y a encore aujourd’hui sur la façade de l’école des insignes indiquant le côté des garçons et le côté des filles. » – Flavie, 4 ans

Avec la collaboration de Diane Pouliot, enseignante de 1re année à l’école Sacré-Coeur.

À lire aussi dans la série « Notre quartier, par les élèves de l’école Sacré-Cœur » :