Ma Garde-robe trouve sa place dans Saint-Sauveur

magarderobe

On l’a vu sur les réseaux sociaux, c’est écrit dans la vitrine : demain samedi 10 septembre ouvre au 201 Saint-Vallier Ouest Ma Garde-robe, la boutique de vêtements de Marie-Ève Boutin, découverte l’an dernier sur l’avenue de Salaberry dans Montcalm.

Ouverte en octobre 2015 dans l’ancien local de la designer Marie Dooley, Ma Garde-robe avait vite attiré l’attention des blogues et chroniques mode, du Journal de Québec à Loulou. C’est que sa propriétaire était déjà connue du milieu, où elle évoluait depuis une dizaine d’années, comme designer de la griffe Bahia notamment.

Comme dans sa garde-robe

garderobefemmesAprès quelques années à Plaza Saint-Hubert à Montréal, cette native de Chaudière-Appalaches, nouvellement maman, a repensé sa carrière. Ma Garde-robe, où ses créations côtoient d’autres vêtements pour femmes et homme neufs et de seconde main, lui donne la liberté de créer à un autre rythme, le sien plutôt que celui dicté par les collections saisonnières.

Chez son fournisseur privilégié, Marie-Ève Boutin se procure de petites quantités de vêtements à coût avantageux, qu’elle peut vendre à prix concurrentiels. Sa partenaire d’affaires Camille Pépin sillonne brocantes et autres mannes pour ramener des trésors vintage – incluant sacs, chapeaux, gants, ceintures… – qui complètent l’inventaire et la section La Niche de la boutique.

garderobechapeauxLe mélange de neuf et de légèrement usagé, de griffé et de vintage, s’apparente à celui de sa propre garde-robe, d’où le nom de la boutique. Sensible aux créateurs et aux matières, Marie-Ève Boutin reste consciente qu’on ne peut pas tous se payer « une robe à 160 $… moi non plus, je ne peux pas toujours ! » La designer tient donc à avoir aussi dans sa boutique une marchandise accessible, comme c’était déjà le cas sur de Salaberry – où quelques clientes trouvaient ses bons prix presque suspicieux, se rappelle-t-elle en souriant.

Trouver sa place

Si elle aimait bien le quartier Montcalm, Marie-Ève Boutin a constaté que la clientèle du secteur tendait à être plus âgée que celle visée par son offre.

Ce n’était pas le bon emplacement pour moi. J’aurais pu ajuster mon offre, mais ça me tentait moins, j’ai donc cherché un secteur où je pourrais rejoindre une clientèle plus jeune et diversifiée. »

marieeveboutinmagarderobeUn défilé chez Griendel au printemps dernier aura été l’étincelle de la relocalisation. Pour mieux se renseigner sur le quartier, la designer et propriétaire a d’ailleurs consulté Martin Parrot avant de faire le saut. Celle qui a eu les clés de son nouveau local le 1er septembre semblait prédestinée pour l’occuper : « Je n’ai eu que quatre tablettes à acheter : tout ce que j’avais fitte parfaitement ici. »

Le mobilier de bois de Ma Garde-robe est l’oeuvre de son père, et une partie des bijoux en vente à la boutique provient de la collection Bécha, créée par sa mère.Dans Saint-Sauveur, Ma Garde-robe aura une nouvelle section, à côté des vêtements masculins, avec t-shirts fabriqués par Fred Jourdain et quelques-unes de ses oeuvres. L’atelier de Marie-Ève Boutin a quant à lui trouvé une place dans la section en « aquarium » à droite à l’avant.Maintenant que sa boutique est bien installée et sur le point d’ouvrir, Marie-Ève Boutin et sa petite famille préparent leur propre déménagement. Ils quittent Saint-Jean-Chrysostome pour venir habiter dans Saint-Roch. « On sera plus à notre place par ici ! », dit-elle.

garderobevitrineMa Garde-robe ouvre dès ce 10 septembre les samedis-dimanches de 11 h à 17 h, les mardis-mercredis de 11 h à 18 h, les jeudis-vendredis de 11 h à 19 h (ou plus tard, en fonction de l’achalandage). La boutique sera fermée les lundis, jours d’atelier pour la designer.

Ma Garde-robe
201, rue Saint-Vallier Ouest
418 571-0073