La grande utopie du boulevard Charest

Source : Le Soleil, François Bourque, 2 septembre 2016

CHRONIQUE / La Ville de Québec fait erreur si elle croit pouvoir transformer le secteur industriel du boulevard Charest simplement en y faisant passer une ligne de transport en commun.

L’expérience de villes américaines et européennes montre qu’un tramway (ou un service rapide par bus) n’a pas d’effet magique sur l’économie et le développement des quartiers. (…)L’évidence est qu’on ne trouve pas ces conditions «gagnantes» sur le boulevard Charest. Voici pourquoi.1. Le développement près des transports publics ne se produit que dans les secteurs où il y a déjà un intérêt et une effervescence immobilière. (…)2. Les tramways ne créent pas d’activité économique nouvelle dans une ville. Encore moins un SRB. (…)3. Le développement le long des lignes de transport dépend de l’investissement public pour transformer le quartier d’accueil et le rendre attrayant. (…)On voit d’ici l’ampleur des chantiers. Tout ça n’est pas à faire la première année. Mais ne perdons pas de vue que le boulevard Charest sera en concurrence avec les autres quartiers pour obtenir l’attention (et les investissements) de la Ville.Les études du RTC et autres analyses urbaines font croire qu’une mutation rapide et un développement significatif le long de Charest sont utopiques et ne pourraient se faire qu’au prix d’investissements majeurs.Cela remet en question l’argumentaire de la Ville pour y faire passer le SRB. Si le développement n’est pas au rendez-vous, pourquoi maintenir le tracé de la basse ville qui risque d’avoir un effet dissuasif sur les usagers? (…)

Le prix caché du développement

Portland, en Oregon, a longtemps été un modèle de planification du territoire et du transport urbain. Elle l’est encore. (…)Le développement n’a pas été instantané. En fait, peu de projets ont été réalisés dans les 10 ans suivant l’ouverture de la première ligne de tramway.Ce n’est que lorsque le marché immobilier est devenu favorable que les choses ont commencé à bouger.Et encore, ce fut au prix d’importantes subventions pour convaincre des citoyens et des entreprises de s’y installer. (…)

Partir de loin

D’un point de vue urbain, il peut être parfaitement justifiable d’investir pour transformer un quartier.C’est ce qui a été fait par les pouvoirs publics dans Saint-Roch (parcs, rues, mobilier, infrastructures, déménagement de bureaux et d’employés publics, subventions à la construction, à la rénovation, à l’emploi, à la culture, etc).Les résultats ont été spectaculaires, mais ça reste encore à consolider. Cela donne une idée de ce qui attend le secteur industriel de Charest, où on part de beaucoup plus loin que Saint-Roch.La venue évoquée qu’une grande quincaillerie, coin Charest-Saint-Sacrement, pourrait donner l’impression d’une relance imminente.La réalité est cependant que la venue qu’un commerce entouré de stationnements irait dans le sens contraire de la densité et du voisinage piéton souhaitable pour nourrir une ligne de transport en commun.Lire la suite : La grande utopie du boulevard Charest.À lire aussi : Des immeubles menacés de disparition par le projet de corridor du RTC.