Des villes québécoises veulent légaliser les jeux libres dans la rue

Source : Radio-Canada (Québec), 2 mai 2016

Publicité

La Ville de Beloeil, en Montérégie, lance un projet pilote pour encourager les enfants et les adultes à jouer dans la rue, sans crainte de recevoir un constat d’infraction de la police. L’initiative, baptisée « Dans ma rue, on joue », suscite déjà l’intérêt d’autres municipalités du Québec.

C’est en découvrant qu’il est illégal au Québec de jouer au milieu de la rue que l’idée est venue au conseiller municipal de Beloeil, Pierre Verret. Un citoyen l’a appelé parce qu’il avait fait l’objet de plaintes pour avoir joué dans la rue avec son fils : la police allait lui remettre une contravention. (…)Beloeil est une des 10 municipalités du Québec qui ont le plus fort taux de natalité. Il y a donc beaucoup de jeunes, mais des jeunes qui, comme ailleurs, ne bougent pas assez. Selon Statistique Canada, 87 % des garçons et 94 % des filles ne dépassent pas les 60 minutes d’activités physiques recommandées par jour. (…)Beloeil ira même jusqu’à proposer des boîtes de matériel sportif dans les rues sélectionnées. (…)

Pas n’importe quelle rue

« Quand on dit aux jeunes d’aller jouer dans la rue, on parle de rues sécuritaires », précise le conseiller municipal Pierre Verret. Puisque le passage des voitures ne sera pas interdit, plusieurs critères seront imposés. (…)Les rues ne seront pas proposées par la Ville, mais par les citoyens eux-mêmes. En plus de répondre aux critères, le projet devra recueillir l’appui des deux tiers des propriétaires de la rue. (…)Lire la suite : Des villes québécoises veulent légaliser les jeux libres dans la rue.En complément : « Moi, j’ai joué [au hockey] dans la rue », dit Labeaume et « Perdus sans la nature », par François Cardinal..