Un dépôt de garantie : une autre attaque contre les locataires

Photo : Jean Cazes, 17 octobre 2012.
Source : Droit de parole, Jonathan Carmichael et Harold Jenkins, 21 juin 2015

La CORPIQ veut rendre légal le dépôt d’un montant d’argent en garantie lors de la signature d’un bail. En cas de dommages au logement, ou de loyer impayé, les propriétaires retiendraient l’argent en partie ou en totalité. Le gouvernement pliera-t-il devant ce lobby des proprios ? (...)

Les plus pauvres sont pénalisés

L’exigence d’un cautionnement au moment de la signature du bail serait une façon de désavantager ces locataires en situation de pauvreté et aurait comme conséquence de restreindre leur accès à un logement décent. Selon l’Enquête nationale auprès des ménages, au Québec, 401 155 ménages locataires ont un revenu brut annuel inférieur à 20 000 $. Pire encore, 127 270 ménages gagnent annuellement moins de 10 000 $. Ces locataires pauvres se retrouvent souvent dans l’impossibilité de couvrir tous leurs besoins essentiels et ceux de leur famille.[ Tout l'article. En complément : Selon la CORPIQ : les locataires seraient capables de verser un dépôt. ]