Travailler avec les organismes de lutte à l'itinérance : une priorité pour Annick Papillon

Source : Le Québec Hebdo, Perrine Gruson, 20 mars 2015 (...) « Ma priorité est de travailler avec les organismes de lutte à l'itinérance à Québec. Ce n'est pas parce qu'on ne voit pas tous les jours des itinérants à Québec qu'il n'y en a pas », rappelle Mme Papillon, qui précise que si justement peu d'itinérants sont visibles sur la rue, c'est qu'il y a un important travail de prévention effectué par les organismes de la ville.Annick Papillon précise que 36 organismes s'occupent de l'itinérance à Québec avec le Regroupement pour l'aide aux itinérants et itinérantes de Québec (RAIIQ) et 26 d'entre eux obtiennent un financement du fédéral via le programme SPLI (Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance). La SPLI permet de développer des projets principalement axés sur le logement et l'accès à un toit, mais le gouvernement conservateur n'a pas compris l'importance de la prévention et du suivi après une période d'itinérance, selon la députée néo-démocrate. (...)[ Tout l'article. À lire aussi dans Monsaintroch.comOff Carnaval 2015 : les arts et les Duchesses 2.0 ne feront qu’un. ]