Studio Sonum, prêt pour la permanence

ampliMarc Légaré et Pascale Bêty, résidants de Saint-Sauveur, ont repris un ancien bâtiment industriel mal aimé au 25 rue Bigaouette pour y aménager, il y a bientôt 13 ans, des espaces de répétition, d’enregistrement et d’entreposage aujourd’hui bien connus des groupes de la région.

L’un musicien, l’autre dessinatrice de formation, les deux partenaires d’affaires et de vie ont traversé des périodes de précarité. C’est grâce à un programme d’Emploi-Québec leur assurant un revenu de base pour 52 semaines qu’ils ont démarré leur entreprise, qui emploie désormais deux autres personnes. Marc, président-directeur-général-concierge (!), et Pascale, responsable entre autres choses de l’administration, assurent à tour de rôle avec eux la permanence des 7 jours et 84 heures ouvrables chaque semaine.Le zonage initialement industriel de l’emplacement ne correspondant pas aux fonctions de Sonum, le studio dispose depuis 2005 d’un permis temporaire qui vient à échéance cette année. Les propriétaires souhaitent obtenir un permis permanent, qui nécessite une modification de zonage pour laquelle une consultation publique a lieu ce 18 mars. Marc a effectué lui-même bon nombre de rénovations dans l’ancien bâtiment, qui avait auparavant abrité l’usine Pepsi puis les bureaux administratifs des défunts restaurants Marie-Antoinette. Une partie de son rez-de-chaussée est louée à un club de skate qui y gère une rampe intérieure utilisée par ses membres. Marc et Pascale veulent que Sonum puisse poursuivre sur sa lancée dans l’immeuble de la rue Bigaouette.

À l’écoute des musiciens

microFort de ses expériences en musique et dans d’autres studios, Marc – qui joue toujours, au sein de La Corriveau – connait bien les besoins du milieu. Comme Pascale, il souhaitait que Sonum évolue en fonction de la demande. Des espaces ont été dédiés à la location à l’heure, des installations et équipements se sont ajoutés, dont un revêtement mural d’écran vert qui sert lors de séances de photos pour pochettes de disques. Une batterie est disponible sur place ainsi que des solutions d’entreposage pour les équipements peu commodes à transporter.La machine distributrice de boissons gazeuses et de croustilles des premiers jours a fait place à une boutique complète de fournitures où piles, câbles, baguettes, adapteurs, microphones et amplis en location complètent les rafraîchissements et collations. Les occupants ont accès à une aire de détente et une cuisinette. La réputation des lieux est bien établie, au point où le bouche-à-oreille suffit pratiquement à remplir le calendrier de location.

…et des voisins

Soucieux de préserver la tranquillité du voisinage résidentiel, Marc et Pascale n’ont pas lésiné sur les mesures pour bien contenir les décibels. Les quelque 32 locaux de répétition et d’enregistrement – deux en location à l’heure, les autres occupés au mois par une cinquantaine de colocataires – sont concentrés au centre du bâtiment. Autour, des espaces d’entreposage servent de tampon.Local à l'heurePour réduire les allées et venues sur la rue, l’entrée a été aménagée à l’arrière du bâtiment, qui donne sur le stationnement adjacent au parc linéaire de la rivière Saint-Charles. D’imposantes portes d’anciennes boucheries isolent des segments à l’intérieur. Des travaux réalisés par Marc ont triplé sinon quadruplé l’épaisseur des murs qui en avaient besoin.Les premiers temps, des oreilles inquiètes ont cogné aux portes de Sonum en entendant de la musique… qui s’est avérée provenir du site d’Expo-Québec, de l’autre côté de la rivière! Il est arrivé qu’on téléphone à Marc la nuit pour signaler des tapageurs… qui passaient dans la rue, alors que le studio était fermé. Mais bien vite, les inquiets ont été rassurés, d’autant plus que l’arrivée de Sonum avait un effet dissuasif sur les activités louches qui avaient eu cours à l’arrière du bâtiment lorsqu’il était inoccupé. Puis les voisins ont commencé à venir au Studio par curiosité, pour visiter.

Du métal aux chorales

BleiddigLes jeunes groupes punk ou métal ne sont pas les seuls à fréquenter le Studio Sonum – que certains surnomment affectueusement le chalet. Marc partage son propre espace avec un « trippeux des Beatles » plus âgé que lui et il a déjà vu les Garou et Bruno Pelletier franchir sa porte. Des bands d’entreprises telles que Beenox ou Ubisoft viennent répéter pour leurs spectacles de Noël, et des chorales également.Des utilisateurs non musiciens utilisent aussi les espaces propices aux tournages, ateliers et autres activités nécessitant éclairage et équipements audio. Enfin, plusieurs compagnies de théâtre entreposent leur matériel chez Sonum.Lors de notre passage, Bleiddig, un groupe de la Rive-Sud, profitait de la semaine de relâche pour enregistrer quelques pièces. Derrière une porte, une voix inconnue faisait honneur à « Scar Tissue » des Red Hot Chili Peppers…

  • La consultation publique pour la modification de zonage concernant les fonctions du Studio Sonum a lieu lors de l’assemblée du Conseil de quartier de Saint-Sauveur le mercredi 18 mars à 19 h au Centre Mgr Bouffard.
  • Toutes les informations sur le projet de modification à la réglementation de zonage se trouvent dans ce document (.pdf) sur la page du Conseil de quartier. Studio Sonum a pour sa part créé un événement Facebook pour la consultation.

Studio Sonum25, rue Bigaouette 418-524-9087