Qui a peur de Réal The Wolf ?

photo andreanne MSSJe croise une jeune fille dans Saint-Roch qui a l’air sous le choc. Petite valise en main, elle n’est visiblement pas du coin. Je lui tape sur l’épaule, je lui demande si elle a besoin d’aide. Elle me dit qu’elle cherche seulement l’optimisme, qu’il semble s’être égaré. Je lui demande de quel quartier elle vient. Saint-Sauveur. Je lui propose d’aller prendre un café et de me raconter ce qui l’a poussée à s’exiler.

Réal the Wolf

Elle me parle d’abord de Réal The Wolf. Réal The Wolf, c’est le citoyen moyen de Saint-Sauveur. C’est celui qui se croit réaliste plutôt que pessimiste, celui qui a tout vu, tout connu, pis qui en a ben gros à t’apprendre. Réal The Wolf, c’est un peu le sage de la communauté. Un genre de chaman version Saint-Sauveur, mettons. Lui, il s’y connait en business. Annastasis me raconte même qu’il se promène souvent de commerce en commerce pour donner des indications à leur propriétaire.

C’est pas en vendant des ratons laveurs sur rouli-roulants que tu vas t’en sortir, mon p’tit gars. Icitte, c’est des têtes de mort pis des dragons qu’on veut sur nos gilets. »Tu survivras pas ben ben longtemps, j’te dis, personne tough plus que quequ’mois icitte. »

Réal The Wolf, il est né dans Saint-Sauveur, et il y mourra. C’est pour cela que, selon lui, les seuls commerces qui ont lieu d’être dans son quartier et qui méritent un entretien sont le cimetière Saint-Charles, le complexe funéraire et Delisle monuments. Pour Réal The Wolf, Saint-Sauveur a toujours été, est, et restera le quartier malfamé, celui des pauvres, des éclopés et des dominés. C’est le quartier que personne ne choisirait d’habiter : c’est le quartier des obligés, le quartier de la finalité. C’est Saint-Sauve-toé, c’est Saint-Paumé. Pis c’est négatif en ‘tit péché.

Proprio Denjaunes

Puis, la jeune fille me fait part de la deuxième source de son traumatisme quartiétal : Proprio Denjaunes. Proprio Denjaunes, c’est le meilleur ami de Réal The Wolf. Proprio Denjaunes, lui, c’est un peu le monsieur Monopoly du quartier, c’est lui qui décide du degré de cratitude que ce dernier aura le bonheur de porter. C’est lui qui se sentait ben entrepreneur v’la quelques années, qui a acheté des bâtisses pas chères, pis qui aujourd’hui les loue à des coûts faramineux malgré les murs en papier, les rats déjà logés et les murs qui menacent de tomber.

Mais Proprio Denjaunes, lui, il s’en fout de tout ça; il sait pertinemment que même si tu le boudes, son logement, ben, il le louera à quelqu’un d’autre. Fait que les rénos et les visions de quartier évolué, les normes de salubrité et le sentiment de fierté, l’amour à donner pour son milieu de vie, non merci. Tu peux t’en aller, tu peux aller rejoindre les snobs à côté. Pour Proprio Denjaunes, Saint-Sauveur, c’est juste $aint-$auveur, pis y aurait beau avoir un incendie qui rase la moitié du quartier que ça lui ferait pas un pli; tant qu’il obtient son p’tit argent mensuel sans remuer le p’tit doigt, Proprio Denjaunes est contenté.

Publicité

Annastasis

Annastasis, c’est la fille que j’ai croisée, celle qui en face de moi sirote son café. Annastasis, c’est celle qui fait partie de la communauté optimiste, qui en a marre de se faire marcher sur les pieds par ceux qui n’ont rien à partager excepté leur inaction et leur négativité. C’est celle qui se voulait missionnaire, qui de par sa créativité et sa dévotion désirait revitaliser son quartier. C’est celle qui s’emballe de la vague d’artistes qui émerge et qui peu à peu fait entendre sa voix. C’est celle qui l’aime, son village urbain – si près du centre-ville, mais tellement unique dans son indépendance d’esprit. C’est celle qui ressent le sentiment d’appartenance propre à Saint-Sauveur, ce sentiment qui te donne envie d’y faire des bébés pis d’y perpétuer une réelle communauté.

Annastasis, c’est celle qui refuse de voir son quartier comme synonyme de mort, comme un cimetière humain; Annastasis, elle est synonyme de résurrection, pis Annastasis, elle croît que c’est possible d’évoluer. Mais parfois, c’est pas assez.

Alors Annastasis en a eu marre.

Alors Annastasis est partie.