Phragmite : programme d'élimination sur les berges de la Saint-Charles

La Ville a débuté cette semaine l’installation de nouvelles bâches sur des colonies résistantes de phragmite exotique le long de la rivière Saint-Charles. Cette technique consiste à recouvrir le site d’une grande toile de plastique noire, privant les plantes de soleil et entraînant leur mort.

Phragmite exotique, rivière Saint-Charles.Cette action fait partie du programme municipal d’élimination du phragmite exotique mis en place depuis 2013. Ce programme comprend un ensemble de mesures, dont l’extraction manuelle, la coupe répétée, le bâchage et la plantation d’arbres et d’arbustes.Les résultats obtenus jusqu’à maintenant démontrent une baisse notable de la présence du phragmite dans les secteurs traités.

Comment fonctionne le bâchage ?

La bâche est laissée en place au moins deux années, puis la surface est restaurée avec des végétaux à croissance rapide. Deux grandes bâches seront installées sur deux colonies de l’île située un peu à l’ouest de la rue Bigaouette, en face du jardin communautaire Sacré-Cœur. Quatre autres bâches de petites superficies seront aussi installées le long des deux rives de la rivière, principalement dans le secteur du pont de Marie-de-l’Incarnation.Ces nouvelles bâches s’ajouteront aux deux posées à l’été 2014 à la pointe de la grande l’île à l’ouest de pont de Marie-de-l’Incarnation. Les deux bâches posées en 2013 ont été retirées ce printemps et les surfaces ont été restaurées. Les premières observations nous permettent de croire que l’opération a été très efficace.Pour en connaître davantage sur le programme et les plantes nuisibles, incluant le phragmite : ville.quebec.qc.ca/plantesnuisibles.[ À lire aussi : Le phragmite exotique, un roseau envahissant. ]