Manger à sa faim dans Saint-Sauveur

Source : Le Carillon (journal du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur). Par Marie-Hélène Tardif. Mai 2015. 

Saint-Sauveur, dans toute sa splendeur, nous cache un défaut qu'il ne faudrait pas prendre à la légère. Je parle ici du manque d'épiceries et de l'accès difficile à des aliments frais, locaux et à prix abordables. Ces difficultés démontrent un problème encore plus grand dans notre quartier soit l'enjeu de l'insécurité alimentaire. (...)

Un problème d’envergure

La Basse-Ville de Québec est le secteur ayant la plus grande demande en aide alimentaire dans la région de la Capitale-Nationale. D’ailleurs plusieurs organismes d’aide alimentaire sont débordés et fortement achalandés. Selon la DRSP, en 2007-2008, sur le territoire de la Capitale-Nationale, 5,3% de la population de 12 ans et moins était touché par l'insécurité alimentaire. Cela équivaut à environ 3 200 enfants. C’est énorme et ça ne compte même pas tous les adultes qui se trouvent aussi dans cette situation !

Miser sur les forces

Dans le quartier, plusieurs organismes, projets et initiatives tentent de répondre au problème. On peut penser au Service d’entraide Basse-Ville, au  Pignon Bleu et à la Maison Revivre qui offrent tous de l'aide alimentaire aux citoyen-ne-s du quartier.  (...)[ Tout l'article (p. 14) ]