Maisons de chambres : souvent le dernier filet avant la rue

Source : Le Soleil, Baptiste Ricard-Châtelain, 30 janvier 2014 963366-milieux-communs-quil-peut-yQuelle perception avez-vous des maisons de chambres ? Un lieu plutôt insalubre, un entretien spartiate, un mobilier d'un autre âge, une cuisine commune peu fonctionnelle, une salle de bain partagée ? Un environnement peuplé par une faune bigarrée, baignant dans une certaine insécurité ? Si c'est l'image que vous entretenez, vous avez... raison. (...)Toutes les maisons de chambres ne sont pas insalubres, infestées, habitées par des personnes aux prises avec des démons envahissants, constate cependant le Comité Maisons de chambres, un groupe piloté par le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Vieille-Capitale. Mais il ne faut pas chercher bien loin pour dénicher une résidence « inappropriée ». (...)Chambreur depuis 15 ans dans Saint-Sauveur, Martin Goulet en convient. Il souligne toutefois que la quiétude et la propreté varient beaucoup selon le tempérament de voisins présents ce mois-là; ils changent souvent. « Dans les milieux communs, c'est là qu'il peut y avoir des frictions. » (...)Elles sont où, ces bâtisses-dortoirs ? Visualisez la carte de la ville, pensez aux secteurs où s'installent souvent les moins scolarisés, les moins fortunés, les familles monoparentales, les divorcés, les gens seuls, les gagne-petit... L'équipe du GRIOSE, le groupe de recherche, écrit que « 91,5 % des chambreurs habitent un territoire fortement défavorisé socialement, alors que 48 % d'entre eux habitent un territoire fortement défavorisé matériellement ». (...)Malgré tous les travers établis, les maisons de chambres sont essentielles, fait cependant valoir Suzie Cloutier, organisatrice communautaire au CSSS de la Vieille-Capitale. C'est souvent le dernier filet avant la rue. Pour d'autres, qui sont déjà sur le trottoir, la chambre exiguë représente la première marche à gravir pour s'en sortir. « Mais pour plusieurs, la maison de chambres va rester une destination finale. »Le Comité Maisons de chambre veut donc préserver le réseau actuel de maisons de chambres. (...)Pour les chambreurs qui veulent s'impliquer, cherchez L'Avenue des chambreurs sur Facebook. (...)[ Tout l'article ]