L'hiver, saison des grattes

deneigement16h. Les alertes courriels et textos entrent un peu partout. Ce soir, interdiction de stationner dans les rues où les clignotants oranges sont en fonction. Au risque de vous paraître étrange, c'est toujours pour moi une excellente nouvelle: je me sens presque comme une enfant dont l'école est fermée pour cause de tempête de neige.

Piétons vs automobilistes

deneigementJ'apprécie d'autant plus ces soirées que j'ai dû me départir de ma voiture au cours de l'été. Fini donc le casse-tête de trouver un endroit où mettre l'auto à l'abri pour la nuit, les aller-retours entre le stationnement d'infortune et chez moi. Fini le casse-tête du lendemain d'opération déneigement qui laissent un énorme remblai dans les rues, du côté où les voitures se stationnent, m'obligeant à traîner ma voiture dans un coûteux stationnement du centre-ville pour la journée.Je crois que c'est l'avantage le plus appréciable de ne pas avoir de voiture en ville - ne pas avoir à s'en soucier lors d'une opération déneigement!

Quartier fantôme

Dès que j'arrive chez moi chez soirs-là, je saute sur mon divan pour souper en écoutant la télé, emmitouflée dans mes doudous. La lueur orange des clignotants, les rues désertées, le bruit sourd des souffleuses des voisins qui déneigent leur entrée, le bruit métallique des pelles des gens qui tentent de dégager leur voiture assez vite pour aller la mettre à l'abri... tout ça alors que je suis tranquillement à l'abri, bien au chaud chez moi.

Dormir au centre-ville pendant une opération déneigement

Tout résident de l'arrondissement La Cité-Limoilou vous le dira. Une opération déneigement, ça fait du bruit. Beaucoup de bruit. Si, comme moi, vous habitez au rez-de-chaussée (encore pire si votre chambre à coucher donne sur la rue!), alors là, ça peut vraiment barder. Au sens propre: mon bord de fenêtre a déjà été arraché par une chenillette de trottoir, en pleine nuit. J'ai souvent remarqué des éraflures toutes fraîches sur ma brique au lendemain d'une opération déneigement. Si vous avez des animaux de compagnie, il y a de bonnes chances pour qu'ils fassent une crise de panique en pleine nuit.Pour ma part, je crois que c'est pendant ma première opération déneigement au centre-ville que j'ai su que j'étais faite pour y habiter. Moi, les bruits de ce genre-là, ça m'endort. Les grattes et les souffleuses ont beau faire un vacarme d'enfer, les chenillettes de trottoir ont beau filer à 50km/h sur les trottoirs en accrochant quelques bâtisses à gauche et à droite, sans se soucier des piétons téméraires qui oseraient s'aventurer dehors lors de l'une de ces nuits, moi, je dors paisiblement. Même mes chats ouvrent à peine l’œil quand une gratte gronde et rugit en passant à côté de chez moi.Alors, l'hiver? En avant la neige, je suis prête!