La Niche à livres

niche-livres
La « Niche à livres » du 516, Saint-Germain, dans le quartier Saint-Sauveur

Libérez les livres en Basse-Ville, c’est un concept assez simple. Les 24, 25 et 26 avril, vous prenez un livre, que vous voulez donner, et vous l’identifiez avec un autocollant « Libérez les livres ». Vous déposez le livre quelque part dans le quartier pour que quelqu’un le trouve. Si vous en trouvez un, vous en parlez sur Facebook. C’est simple non?

Moi, je trouve tellement que c’est une bonne idée que je libère les livres à l’année. Je voulais en parler depuis l’automne, mais j’ai préféré patienter jusqu’à l’événement pour présenter officiellement « La Niche à livres » sur Monsaintsauveur.Ma blonde avait vu le concept dans une revue et elle mijotait ça depuis longtemps. Tu prends un livre, tu laisses un livre. Elle trouvait que c’était une belle façon de repasser les livres qu’on ne lisait plus. Non, mais c’est vrai, qui va relire deux fois Millenium?Pendant les vacances l’été dernier, elle m’avait bien averti de ne pas partir en peur. Pas de rénovations, de bénévolat ou toutes sortes d’affaires qui lui organiseraient un horaire de malade. Ça m’arrive des fois. Elle ne voulait pas non plus d’un ours qui tourne en rond dans la maison pendant deux semaines. Alors elle m’a trouvé un beau projet pour m’occuper. Elle m’avait même fait un plan.

Tu pourrais nous faire une bibliothèque libre-service, comme celles des escaliers Badelard et Lavigueur. On pourrait la mettre devant la maison. »

Vu que c’était juste pour le fun, l’idée m’a plu tout de suite. En plus, je pouvais jouer avec mes outils. Comme de raison, lorsque je bricole dans ma cour, mon père est venu me donner des conseils.

Il y en a un qui va passer pis qui va te voler tous tes livres. » « Heu, il peut pas les voler, c’est gratuit. Pis si c’est pour les lire, c’est vraiment pas trop grave… »

Alors, comme d’habitude, je ne l’ai pas écouté. J’ai installé « La Niche à livres » à la fin de septembre. On l’a baptisé comme ça parce qu’on a un chien, mais il couche dans la maison. Alors la niche, c’est pour les livres.Dès le début, c’est parti en lion. Je ne pensais jamais que ça marcherait autant. Il faut dire que le dépanneur est à côté et que beaucoup de gens passent sur la rue pour emprunter l’escalier des Franciscains. C’est aussi devenue une géocache, ça apporte pas mal de trafic.Avec les échanges, le choix de livres est devenu varié. Policier, enfant, classique, biographie, encyclopédie, bricolage, poésie, DVD, CD, etc. Une fois, quelqu’un a mis plein de livres de psycho pop. J’étais certain d’être collé avec pendant des mois. Après deux jours, tout était parti. On dirait qu’il y en a pour tous les goûts. Je me garde aussi une petite réserve pour faire des rotations quand ça manque de variété.Le plus drôle, c’est qu’il y a des abonnés. Ils passent souvent et regardent les nouveautés. Si c’est trop vide, ils reviennent avec une pile pour la remplir. S’ils ne sont pas chanceux, ils tombent sur moi et ils sont pris pour me parler. Parce que moi, je suis un petit mononcle qui aime ça parler avec le monde. C’est bien beau lire, mais parler aussi c’est le fun. Alors, on parle de livres. Ça fait changement de la météo, de l’amphithéâtre ou de l’horaire des vidanges.« La Niche à livres » est sans contredit mon succès de l’année. Je n’ai pas moins de livres dans ma bibliothèque, mais je n’ai plus les mêmes qu’avant. Libérez des livres, c’est vraiment une bonne habitude à prendre.Pour connaître les lieux où récupérer un autocollant « Libérez les livres », visitez le Monsaintsauveur.com/liberez

La Niche à livres516, Saint-Germain