Édifices remarquables du quartier (2) : l’église Saint-Sauveur

Monsaintsauveur.com présente dans cette série des édifices dont le caractère architectural ou la vocation est intimement lié à l’évolution du quartier. Aujourd’hui, l’église Saint-Sauveur, longtemps au coeur de la vie sociale du quartier.

Historique

La construction de l’église Saint-Sauveur est intimement liée à l’évolution du quartier. C’est en effet en 1846 que Pierre Boisseau, propriétaire de la plupart des terres de ce que l’on appelle alors Boisseauville (qui deviendra plus tard le quartier Saint-Sauveur) accepte de céder à la fabrique de Saint-Roch un terrain situé entre les rues Mazenod et Bayard à condition que l’on y érige une église avant dix ans. En juillet 1850, l’évêque de Québec, Joseph Signay, alors sur le point de mourir, accorde l’autorisation de construire ce qui deviendra l’église Saint-Sauveur. Construite et aménagée entre 1851 et 1866 selon les plans de l’architecte Michel Patry, l’église est lourdement endommagée par l’incendie de 1866 qui ravage complètement le quartier. Au mois de février de l’année suivante, le nouvel évêque Pierre-Flavien Turgeon, lui aussi dans ses derniers mois de vie, accepte de créer la paroisse de Saint-Sauveur qui sera placée sous la responsabilité des Oblats. Ceux-ci entreprendront rapidement de reconstruire l’église.

Architecture et caractéristiques

Le plan original de l’église est de type rectangulaire et comporte un chœur en saillie. Confiée à l’architecte Joseph-Ferdinand Preachy originaire de Québec et ancien assistant de Charles Baillargé, le projet de reconstruction modifiera considérablement l’église. L’architecte utilise en effet les murs existants, mais agrandit l’église et fait ériger une nouvelle façade dont les ornements sont inspirés de la néo-Renaissance italienne. Le clocher qui surmonte la tour et qui ne sera construit qu’en 1892 s’inspire de celui de l’église de la Trinité de Paris. Fait intéressant, l’église Saint-Sauveur sera dotée de la première tour horloge de la Basse-Ville, la seconde sur le territoire de la Ville de Québec après celle du Parlement. On note également les très belles fresques du peintre québécois Charles Huot à l’intérieur de l’église. Celui-ci, qui les achèvera en 1894, aura travaillé pendant près de dix ans à leur réalisation.

Vocation actuelle

Contrairement à bien des églises du Québec qui ont subi des changements de vocation ou ont été démolies ces dernières années, l’église Saint-Sauveur conserve encore aujourd’hui sa vocation première de lieu de culte catholique. Elle est située au 215, avenue des Oblats.

* * *

Sources : Histoire de raconter : Le quartier Saint-Sauveur (Ville de Québec, 2008). Dictionnaire biographique du Canada et www.eglisesdequebec.org.[ Billet précédent ]