Des quotas de patients plus élevés pénaliseraient la Basse-Ville

Source : Le Soleil, Baptiste Ricard-Châtelain, 24 janvier 2014 La «norme» d'au moins 1000 patients par médecin que souhaite instaurer le ministre Barrette ne tient pas compte des particularités des milieux défavorisés. LE SOLEIL, PATRICE LAROCHEEn imposant des quotas élevés de patients à ses confrères du réseau de la Santé, le docteur-ministre Gaétan Barrette pourrait... priver de médecin des milliers de résidents du centre-ville de Québec. Des milliers de nouveaux orphelins dans un secteur déjà mal desservi. (...)La « norme » serait d'au moins 1000 patients par médecin. Elle grimpera peut-être bientôt. « Dans une région comme Québec, dans des secteurs défavorisés, 1000 patients, c'est beaucoup », évalue le Dr Alain-Philippe Lemieux. Il est directeur général adjoint des affaires universitaires et cliniques, et des services professionnels au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Vieille-Capitale. Il maîtrise le dossier.«La clientèle de la Basse-Ville, on la connaît bien. Un patient en Basse-Ville n'équivaut pas un patient à Sainte-Foy, en général.» (...)

Centre médical Saint-Vallier: le GMF menacé

Au coeur de la Basse-Ville, le Centre médical Saint-Vallier est en difficulté depuis des années. La chute pourrait se poursuivre avec la perte «probable» du statut de Groupe de médecine familiale (GMF).Deux médecins viennent d'y prendre leur retraite. En plus, au moins la moitié des huit toujours en poste pourraient partir d'ici au 31 mars, révélait vendredi Le Soleil.Un des responsables de la clinique, le Dr André Fréchette, s'attend «probablement» à être sanctionné par le Ministère. À la suite des départs, le GMF risque de rater la cible fixée quant au nombre de patients à prendre en charge et aux heures d'ouverture. « Il ne faut pas se le cacher... » (...)« La Basse-Ville est souvent mal comprise. » Tous ne peuvent pas se déplacer, il y a beaucoup d'aînés, de la pauvreté. « C'est une problématique particulière de la Basse-Ville et de Limoilou. » (...)[ Tout l'article. À lire aussi : Des milliers de patients orphelins en Basse-ville et dans Limoilou. ]