Des nouvelles de Griendel

Les associés de Griendel en mode "expérimentation" - Photos : Courtoisie
Les associés de Griendel en mode « dégustation » – Photos : Courtoisie

C’est en novembre dernier que Monsaintsauveur vous annonçait la venue dans le quartier de Griendel, une brasserie artisanale qui ouvrira ses portes cet été dans le bâtiment fraîchement rénové qui abritait jadis l’Union commerciale. Le projet de Alexandre Gaumond, Martin Parrot, Olivier Savary et Vincent Lamontagne débutera finalement ses activités en août au lieu du mois de juillet initialement annoncé.

Publicité

Rappelons que l’établissement d’environ 125 places offrira 24 lignes de fût, dont 2 lignes de cidres et une ligne de kombucha. L’équipe entreprendra progressivement le brassage de ses bières sur place, au cours des mois qui suivront l’ouverture. Bien que Griendel ne sera pas doté d’une terrasse, de larges fenêtres pleine hauteur feront le tour du bâtiment. La salle de brassage elle-même ne sera pas visible de l’intérieur, mais sera elle aussi vitrée et visible de la rue Saint-Vallier. Côté design, on privilégiera le look industriel, en laissant à nu le haut plafond de béton.

Une cuisine en harmonie avec la bière

Guillaume-MalouinPour en savoir savoir un peu plus sur ce qui accompagnera les bières de Griendel, j’ai rencontré son chef, Guillaume Malouin, qui nous met déjà l’eau à la bouche.Alors qu’il travaille comme plongeur dans un restaurant de la rue Saint-Louis pendant ses études en animation 2D/3D, Guillaume a la piqûre de la restauration. C’était il y a 15 ans, et il est depuis passé par les cuisines du Jack Saloon et du Cecil & Ramone, jusqu’aux cuisines de l’Auberge Saint-Antoine, qui abrite l’Artefact et le renommé Panache. Il nous promet donc un menu qu’on pourra qualifier de bistronomique. « Accessible et généreux », on y retrouvera bon nombre de classiques auquel le chef viendra donner sa touche personnelle. Les produits frais seront à l’honneur, tant sur le menu fixe que sur l’ardoise, qui fera son entrée graduellement après l’ouverture.Quand on pense bière, on pense assez rapidement à Allemagne… et à bretzel! Et Griendel a décidé d’en faire sa signature. On le retrouvera sous sa forme la plus connue, le gros noeud, mais aussi en bouchées et réinterprété dans certains plats, entre autres dans le Griendel, un burger servi sur pain bretzel.

On ne s’arrêtera pas au bretzel dans sa forme traditionnelle – on veut surprendre et on va pousser le concept en l’intégrant dans d’autres plats, de différentes façons. » ajoute Guillaume.

L’inspiration allemande se retouvera aussi avec le schnitzel de poulet, qui sera accompagné d’une sauce à la bière blanche.On retrouvera également au menu des plateaux à partager, des tartares, quelques plats végés, ainsi que plusieurs viandes souvent présentées sous forme de médaillons et accompagneés de sauce à base de bière. On ne peut passer sous silence le plat de pétoncles cuits à l’unilatérale et servis avec une purée de maïs. Guillaume nous fera aussi découvrir le barbajuan, un plat d’origine monégasque, sorte de ravioli farci à la chair de chorizo et porc.Les cuisines de Griendel seront ouvertes tard en soirée, et à terme, l’équipe souhaite offrir les brunchs la fin de semaine.L’équipe d’une vingtaine de personne, incluant les quatre associés qui se promettent d’être très présents, sera formée de connaisseurs en bière, qui pourront faire des recommandations en accord avec les plats offerts. L’équipe pourra compter sur la présence de Gabe Voyer, l’une des premières diplômées du programme de sommellerie bière, offert à La Cité collégiale d’Ottawa.

Monsaintsauveur est curieux

Lors de ma rencontre avec les associés, je n’ai pu s’empêcher de jeter un œil aux étages supérieurs du bâtiment, afin de voir à quoi ressembleront les appartements. Conçus par Charles Garant Architecte, qui a pignon sur rue tout juste à côté, les appartements sont spacieux, lumineux, largement fenestrés. On vous en reparle bientôt…Pour finir, Griendel lancera en juin une campagne de sociofinancement pour son système de brassage. Monsaintsauveur vous tiendra au courant.[ À lire aussi : Chantier : reconversion de l’ancienne Union commerciale (4). ]