Saint-Sauveur ou un tout inclus en Jamaïque (1 de 3)

Qu’ont en commun le quartier Saint-Sauveur et la Jamaïque ? Bon, j’admets qu’en plein milieu de l’hiver, c’est difficile de trouver de réelles similitudes. Et à vrai dire, il n’y en a pas vraiment non plus… Mais comme pour la Jamaïque, il a fallu que quelqu’un s’y rende pour la première fois et convainque tous ses proches que c’est la meilleure destination qui soit.Pour appuyer cette théorie, j’ai réuni quatre de mes amis, quatre jeunes artistes, deux nouveaux résidents du quartier, et deux résidents établis. Nous avons discuté de ce qui nous a poussé à choisir Saint-Sauveur comme lieu de résidence, mais également pourquoi nous croyons autant au potentiel culturel du quartier. Dans les prochains jours, je vous proposerai une série en trois parties sur ce voyage !Les participants à l’entrevue, en ordre sur la photo : Jocelyn Paré, originaire de Saint-François de Montmagny, résidant du quartier depuis 3 ans; Philippe Rivard, originaire de Saint-Pascal de Kamouraska, résidant du quartier depuis 4 mois; Guillaume Pepin, originaire de Sainte-Julie, résidant du quartier depuis 4 ans et Paul Fruteau De Laclos, originaire de Sillery, résidant du quartier depuis 7 mois.

Première partie : La tentation

Quel aspect de Saint-Sauveur vous a charmé en premier ?

Guillaume : La proximité de Saint-Roch, mais sans y vivre. Et les beaux appartements.Jocelyn : Le prix ! C’est un des quartiers les moins chers. Il y a beaucoup de familles, c’est très familial, mais il y a aussi un côté wild !Paul : L’inconnu. Ce n’est pas un quartier qui est bien connu de la ville de Québec… je trouve que c’est le dernier VRAI quartier qui existe… de par l’ambiance, les commerces et les gens qui y résident.Philippe : C’est mon appartement qui m’a charmé en premier, et ensuite j’ai eu un coup de cœur pour le quartier et les gens.Guillaume : Y’a particulièrement beaucoup de potentiel dans le quartier, y’a un vent de renouveau et c’est plus vivant que jamais.Jocelyn : Le Parc, la rivière, c’est vraiment intéressant aussi. Un bon combo nature-ville. »

Aviez-vous des réticences à venir vous installer ici ?

Philippe : Oui, beaucoup !Paul : On ne vient pas dans le quartier Saint-Sauveur si on n’a pas besoin d’y aller. Je n’étais donc jamais vraiment passé par là. Et de l’extérieur, on pense que les habitants de Saint-Sauveur sont tous issus du répertoire de Michel Tremblay !Guillaume : Mes amis, oui, ils avaient peur. Moi je suis arrivé dans Saint-Roch il y a 10 ans, il y avait toute une réputation ! Aujourd’hui ça a changé incroyablement. Et ça continue. Y’a beaucoup de petits commerces simples et authentiques, les gens sont de plus en plus attirés dans le coin.Philippe : Les gens pensent aussi que c’est loin de la 800-801 et ont peur de trop marcher… Mais en réalité, tout dépendamment d’où tu te rends, tu ne marches pas vraiment plus que dix minutes. »

À suivre…Prochaines parties : Le voyage et L’agrément ! Découvrez le potentiel caché de la vie artistique dans Saint-Sauveur, et pourquoi ce quartier est un lieu de développement par excellence ! Découvrez pourquoi Saint-Sauveur est la prochaine destination de rêves !

Le théâtre est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin… Le théâtre est donc, au premier chef, un service public. Tout comme le gaz, l’eau, l’électricité. » [Jean Vilar]