Relever les défis du climat

Source : Le Fil, Yvon Larose, 6 février 2014 (...) À Québec comme ailleurs, le réchauffement du climat et son cortège de bouleversements font maintenant partie de la réalité. Au fil des années, on a observé une augmentation des températures extrêmes dans la région de la capitale. Les vagues de chaleur ont augmenté en fréquence comme en durée. Une hausse de la fréquence des cycles gel-dégel a également été observée.

Publicité

Il est assez clair que l'on se dirige vers une augmentation des températures moyennes, affirme pour sa part Catherine Dubois, doctorante en architecture en cotutelle à l'Université Laval et à l'INSA de Toulouse. Mais ce qui est plus grave pour Québec, ce n'est pas tant la hausse, disons de deux degrés, de ces températures. Ce sont plutôt les vagues de chaleur. Lors de ces épisodes, les températures sont élevées le jour. Et la nuit, elles ne baissent pas.»

Catherine Dubois donnera une conférence, le samedi 8 février, au pavillon Alphonse-Desjardins lors du 9e Colloque québécois des campus durables. (...)L'îlot de chaleur urbain se définit comme la différence de température observée entre les milieux urbains et les zones rurales environnantes. À Québec, on trouve des îlots de chaleur en haute comme en basse-ville. Ce phénomène d'absorption de la chaleur se produit dans des milieux denses où se trouve un grand nombre de bâtiments. Ceux-ci ralentissent la circulation du vent, ce qui rend plus difficile l'évacuation de la chaleur. Des rues plus étroites et l'absence de végétation font aussi partie de l'équation. «Il s'agit d'une bonne combinaison pour avoir des températures plus chaudes de 4, 5 ou 6 degrés qu'à l'aéroport de Québec, par exemple», souligne Catherine Dubois.Selon elle, dans un quartier comme Saint-Sauveur, la solution passerait, d'une part, par la réintroduction d'un maximum de végétation par de toutes petites interventions, étant donné le peu d'espace disponible. (...)[ Lire la suite. Aussi : Îlots de chaleur urbains : nous sommes tous des acteurs (3 de 3) et Le Vieux-Limoilou, un écoquartier à terminer (5) : le chantier ou comment revaloriser. ]