Le dernier des chapeliers

Source : Droit de parole, Michaël Lachance, mai 2014 (...) Monsieur Ladouceurest propriétaire de la boutique d’artisanat Cuir Indiana, sise dans le quartier Saint-Sauveur. Vous entrez, un gros chien aboie, un ours naturalisé trône au-dessus du comptoir, de même qu’un loup gris empaillé qui guette vos pieds près d’un foyer quelconque. L’odeur du cuir tanné monte en volutes jusqu’à votre nez. Vous tournez le regard et dans cette grotte d’Ali Baba vous percevez pêle-mêle un totem, des mocassins, des chapeaux, des raquettes amérindiennes : bref, vous rencontrez votre hôte, un artisan, comme il s’en fait peu de nos jours. (...)

Technicien en foresterie et géographe de formation, Monsieur Ladouceur a commencé le métier de chapelier alors qu’il faisait de l’inventaire forestier à Saint-Pamphile. Patenteux et travailleur fort manuel, il confectionne des pièce en cuir de toutes sortes. Rapidement, les gens du coin lui commandent une pléthore d’objets faits main en cuir de loutre, de phoque, de boeuf, de veau et tutti quanti. Quelques années passent, il ouvre sa première boutique sur la côte d’Abraham (1992). Il aura une vitrine sur Saint- Jean avant de s’établir angle Saint-Vallier et Montmagny en 2003. (...)

[ Tout l'article (p. 10) ]