Avenir des services de proximité dans Saint-Sauveur : des inquiétudes

Rue Saint-Vallier Ouest, quartier Saint-Sauveur
Locaux commerciaux vides sur la rue Saint-Vallier Ouest... 18 juin 2014.
Les services de proximité dans Saint-Sauveur : un rôle beaucoup plus grand que le commerce (Source : Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur, 17 juin 2014) La situation des services de proximité se détériore depuis plusieurs années. Il a été possible de voir le départ d’écoles, de quincailleries, de la Caisse, en plus du déménagement d’un centre communautaire… (...)Chaque année, il y a au moins un nouveau service qui s’envole. La réaction des citoyens et citoyennes face à cette réalité démontre leur réelle préoccupation.Le 20 mars dernier, le Comité a tenu une rencontre citoyenne sur les services de proximité dans le quartier. Environ une quinzaine de personnes se sont fait aller les méninges afin d’analyser la situation et de proposer des solutions visant à préserver ces services. (...)Les services de proximité inquiètent les résidents et résidentes de Saint-Sauveur depuis un certain temps déjà. Dale Gilbert, l’auteur du livre De cloches et de voix, retrace l’évolution des pratiques de consommation dans Saint-Sauveur et les impacts pour les commerces de proximité dans un article fort intéressant intitulé : Une culture urbaine en mouvement. Se déplacer et consommer en milieu populaire à Québec, 1930-1980. (...)Les services de proximité contribuent à garder les citoyen-ne-s en santé en offrant la possibilité de se déplacer à pied. Dans le quartier, il y a déjà beaucoup de personnes qui ont opté pour ce moyen de déplacement. Parfois par choix, mais aussi aussi par obligation puisque près de 44 % de la population de Saint-Sauveur ne possède pas de voiture. Pourtant ,une personne sans véhicule, surtout dans un quartier de centre-ville, devrait avoir le même accès aux services que n’importe qui d’autre. (...)Lors de la rencontre citoyenne du 20 mars, plusieurs personnes ont mentionné la fonction sociale des commerces de proximité. La proximité n’est pas seulement une question de distance, mais de contact humain. (...)La perte des petits commerces de proximité s’explique de bien des façons, notamment par les modes de consommation largement répandus. De plus, les institutions doivent être sensibles aux préoccupations des gens du milieu concernant cette réalité. Les différents acteurs de Saint-Sauveur doivent se concerter et travailler dans le même but ; celui de garder nos services de proximité. En parallèle, comme citoyens et citoyennes, pourquoi ne pas avoir en tête que fréquenter un commerce local, c’est l’encourager à rester dans le quartier et à contribuer à son dynamisme.[ Tout l'article. À lire aussi : Saint-Sauveur : l’avenir des services de proximité sous le regard citoyen. ]