Trois pétards mouillés au centre-ville

Source : Droit de parole, Marc Boutin, octobre 2013 Avant d’obtenir un permis de démolition, un promoteur doit présenter au service d’urbanisme de la Ville un projet de remplacement pour le terrain visé par la démolition. Le but est d’éviter la multiplication au centreville des lots laissés en friche. De son côté, la Ville doit, avant toute démolition, s’assurer de la solvabilité du « promoteur-démolisseur » pour ne pas se retrouver en cours de route avec un projet-bidon entre les mains.Or, les projets-bidon de grand gabarit semblent se multiplier au centre-ville ces dernières années. (...)Terrain de l’église Saint-Joseph démolieSur un îlot urbain entouré des rues Saint-Sauveur, Franklin et Châteauguay : un chantier abandonné et entouré de résidences qui a plutôt l’aspect d’un dépotoir avec clocher et clocheton laissés à la traîne au bord du trottoir de la rue Saint-Sauveur. (...)[ Lire la suite (p. 6) ]