Sur la route des casse-croûtes (2) : Casse-croûte chez Vallière

« C’est drôle, tout le monde nous demande si nous sommes les remplaçants de Jeannine » me dit la souriante employée à la casquette fleurdelysée en m’apportant mon refill de café. Peu importe s’ils sont réellement venus à notre rescousse, mais les amateurs de deux-œufs-bacon comme moi peuvent se réjouir de la venue, depuis la fin mars, du casse-croûte Chez Vallière dans le local du regretté restaurant de cuisine africaine La Calebasse.Je l’ai déjà dit et je me répète : j’aime ça les casse-croûtes. Heureusement pour moi, j’aime aussi la course à pieds. C’est donc un matin de l’une de nos rituelles grandes courses du dimanche que mon copain et moi sommes allés faire le plein d’énergie au casse-croûte Chez Vallière.On entre, on commande et on s’assoit pour s’adonner à un autre rituel de couple : feuilleter les catalogues de maisons à vendre en entendant notre déjeuner.On reçoit rapidement nos assiettes et une famille s’installe à la table voisine. L’ambiance est chaleureuse, conviviale. La serveuse butine d’une table à l’autre en bavardant. On se sent chez soi.Comme chez Normandin, les déjeuners sont servis toute la journée, ce qui saura plaire aux lève-tard. « La formule plaît aussi beaucoup aux végétariens » me confit l’employée. Ah bon?! Je ne comprends pas exactement le lien, mais bon, maintenant vous le savez. Quant à moi, ne vous en déplaise, mais je préfère le bacon et le creton fait des miracles pour moi avant une longue course.Je compte bien y retourner. Pour essayer leur poutine cette fois-ci. Après une course, évidemment.

Soutenez votre média

hearts

Participez au développement à titre d'abonné et obtenez des privilèges.

hearts
Soutenir